×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Sincérité

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5547 Le 02/07/2019 | Partager
    mohamed_benabid.jpg
     

    LE bilan de l’Etat actionnaire ne fait pas l’unanimité de la classe politique. La cession des 8% de Maroc Telecom donne en tout cas l’occasion à l’Istiqlal d’abattre une pluie de critiques contre la gestion des établissements publics. Si la bronca de l’une des principales formations risque de plonger l’exécutif dans l’embarras, elle met, dans la foulée, en musique d’autres échos. La plupart concernent des dossiers qu’il est possible d’analyser avec des œillères autres que celles de l’opposition. Deux sujets semblent être les plus conflictuels: la qualité de gestion du portefeuille de l’Etat, d’une part, et le niveau d’endettement réel de certains établissements publics d’autre part. D’abord la qualité de gestion. Elle interpelle avant tout sur les chances que se donne l’actionnaire d’optimiser pour le mieux la cession d’un portefeuille. Dans le cas de l’OPV de Maroc Telecom, l’agenda précipité nourrit l’essentiel des craintes sur les motivations de cette privatisation à la hussarde et l’usage qui sera fait des recettes escomptées. C’est l’unique interrogation qu’il est autorisé de formuler à ce stade. Même si l’alliance des istiqlaliens remue le couteau dans les plaies de l’histoire, celle de privatisations bâclées comme pour la Samir ou la Comanav, le parallèle n’a pas de sens dans le cas d’espèce. Ensuite, le niveau d’endettement. Il conduit à s’interroger, comme s’en était inquiétée à une époque la Cour des comptes, sur les tours de passe-passe, même en partant du principe qu’ils sont acceptés ailleurs, qui servent à enjoliver les santés financières. Des arbitrages qu’il ne faut pas présentement prendre à la légère. Car ils traduiraient, à défaut d’un manque de sincérité comptable, un déficit de sincérité budgétaire.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc