×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    "e-préalables"

    Par L'Economiste| Edition N°:2549 Le 15/06/2007 | Partager

    L’«e-administration», on veut bien y croire. Concentrons-nous sur les communes en admettant que d’autres e-réformes nous ont bel et bien échappé. Les équipes de la DGSL semblent vouloir aller au-delà du slogan avec calendrier et objectifs précis. Tant mieux si cela peut rassurer une population blasée par les effets d’annonce. Ce n’est pas cultiver un sentiment d’inefficacité, ou du moins de déficit d’efficacité que de souligner une crise des institutions fondamentales que sont les collectivités locales. Ces dernières parviennent difficilement à nouer un dialogue avec les citoyens et à articuler leurs efforts alors qu’elles constituent les maillons d’une même chaîne. Or, c’est bien là une défaillance structurelle majeure. Internet peut donc jouer un rôle important pour pallier ces dysfonctionnements. Et pas seulement en abolissant les barrières géographiques mais en générant de nouvelles organisations qui donnent la part belle au travail en réseau, au partage de l’information. Le fonctionnaire perdra peut-être de son pouvoir mais en revanche son travail deviendra plus valorisant et plus «intelligent» aussi. On l’aura compris, il s’agit de profiter des gains substantiels qu’offre ce formidable univers de l’immatériel. Ce nouvel ordre économique et sociétal façon Google. Adieu paperasse, bureaucratie, bakchichs, mines renfrognées, files interminables… Retour sur terre. Mais sommes-nous certains que les impératifs de modernisation des outils de gestion, sans lesquels aucune réforme numérique ne saurait s’épanouir, seront rapidement mis en place?De surcroît, pendant qu’on annonce des lendemains qui chantent, faut-il rappeler que l’administration concentre un taux d’analphabétisme inquiétant dont l’essentiel se trouve dans ces mêmes collectivités? Incontestablement, à cette e-administration, il y des «e-préalables». Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc