×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Prix

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4757 Le 22/04/2016 | Partager
    benabid_edito_2016.jpg

    Que les pays du Golfe cherchent à reprendre la main dans un agenda politique, qui a semblé jusque-là hors contrôle, est tout à fait légitime. Ne rien faire, c’est prendre le risque de voir l’interminable bourbier s’enliser davantage.
    Il n’échappe plus à personne que cette région est la principale victime du chaos du jeu politique international. Sans revenir sur les bilans génocidaires, les désastres économiques, ethniques et civilisationnels, qu’a-t-on réellement refaçonné dans cette partie du monde depuis la première guerre du Golfe et le départ des dictateurs? L’effet domino du fiasco a largement dépassé les frontières du Moyen-Orient, mais a-t-on véritablement tiré les enseignements? Les questions sont nombreuses, les réponses rares. Les critiques n’ont rien de la thèse conspirationniste. Elles sont au contraire en attente d’engagements sincères d’appuis des processus démocratiques, d’acceptation, dans leurs différences, de certaines régions de la planète.
    Quand les rapports entre puissances et les jeux d’interférences se contredisent dans l’incohérence des redécoupages des cartes et des frontières, dans l’asymétrie du traitement selon que les intérêts d’Israël soient priorisés ou pas, quand l’un des favoris en course pour la présidence aux Etats-Unis fait de l’islamophobie son fonds de commerce, ce n’est plus si difficile à comprendre.  Les matrices d’interprétations ne peuvent plus se contenter de la lecture naïve des événements.
    Tant que le Moyen-Orient donnera l’impression de continuer d’être un laboratoire d’expérimentation pour les administrations qui se succèdent à la Maison-Blanche, ou dans les bureaux de Nations... pas si unies que ça, et surtout impuissantes, le prix risque d’être cher à payer pour tout le monde.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc