×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Vite et bien

Par L'Economiste| Edition N°:4719 Le 01/03/2016 | Partager

Qui connaît Mamoun Bouhdoud? Quand on n’est pas d’Agadir, il y a peu de chances de pouvoir le situer. C’est un ministre RNI qui est en train de faire une révolution, avec un petit ministère délégué, chargé des TPE et de l’informel, sous les auspices de sa tutelle, Moulay Hafid Elalamy.
Certes la micro-entreprise est une vieille idée. Elle était déjà là, il y a quinze ans, quand Noureddine Ayouch se fit le héraut du microcrédit. Elle était encore là quand Salah-eddine Mezouar à l’Industrie et aux Finances en avait agité le principe. Mais rien de plus.
En fait,  invisibles pour les politiques économiques, les auto-entrepreneurs existent depuis toujours et en très grand nombre: c’est le tissu productif dominant au Maroc, très largement dominant. Sans compter l’agriculture où la domination est encore plus forte,  les producteurs indépendants font vivre quelque trois millions de familles. Les deux tiers d’entre eux, les commerçants,  s’occupent tous les jours d’approvisionner les 33 millions de Marocains. Sans eux, le Maroc serait un pays de magasins vides, comme l’étaient les économies communistes.
Le ministre Bouhdoud est en train de les faire entrer dans un cadre plus sûr, pour eux et pour leurs partenaires.  Le démarrage va  bien plus vite qu’on ne l’imaginait, pratiquement dix fois plus vite.
C’est déjà de la belle ouvrage en soi. Il faut y ajouter deux autres faits.
D’abord, administration et gouvernement sont capables de faire des lois simples et efficaces, quand ils veulent.
Ensuite, avec le Parlement,  ils sont capables de se dépêcher, deux ans entre la présentation en Conseil et l’application sur le terrain. Certes, ce n’est pas un record mondial, mais c’est un bon score au Maroc. Alors, pourquoi on n’a pas ce même traitement partout, et pour tous les sujets?

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc