×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Maladresse

Par L'Economiste| Edition N°:1787 Le 10/06/2004 | Partager

Ce sera évidemment l’opération de l’année, par sa taille et par son aspect stratégique: l’évaluation de Maroc Telecom pour son placement en bourse, au Maroc et, certainement, dans une bourse à l’étranger, commence aujourd’hui.Naturellement, d’ici à la fin du processus, on n’a pas fini d’entendre des rumeurs de toutes les couleurs et de tous les calibres. Tous les gros marchés, toutes les grosses opérations donnent lieu à ce genre de commentaires. Ces commentaires peuvent être exacts ou bien ils peuvent être malintentionnés, ou bien encore ils sont tout simplement ludiques et fantaisistes. Là n’est pas le problème: il y a du pouvoir et de l’argent, c’est assez pour que les rumeurs s’enflamment. Et bien peu d’humains résistent au plaisir des rumeurs…Tout le monde connaît ce mécanisme. C’est pourquoi il convient d’être extrêmement vigilant sur la transparence et ne pas être avare sur les explications à donner à l’opinion publique. Il ne suffit pas du tout de bien faire, de bien agir, encore faut-il qu’une part assez grande de cette opinion publique soit raisonnablement sûre que les choses se déroulent bien, conformément à l’intérêt bien compris de la collectivité. Après tout, c’est de son argent dont il est question.Malheureusement, il y a eu un couac au démarrage: pourquoi parmi le classement des banques d’affaires qui avaient soumissionné pour faire l’évaluation, c’est le deuxième arrivé qui a été retenu par le donneur d’ordres et pas le premier ou le troisième? Il n’y a peut-être là rien d’anormal, encore faudrait-il que le ministère des Finances ne fuie pas les questions naturelles. En ne donnant pas, le jour même de la désignation du gagnant, les explications nécessaires, puis en évitant par la suite les questions, il agit on ne peut plus maladroitement. S’il voulait handicaper toute l’opération avant de commencer le travail et discréditer ainsi tous ses partenaires, il n’agirait pas autrement.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc