×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Leaders

Par L'Economiste| Edition N°:4388 Le 28/10/2014 | Partager

Inclure les jeunes à fort potentiel. On en parle beaucoup, pourtant on ne sait pas le faire, ou on sait mal le faire. Au Maroc, comme ailleurs. Peut-être encore plus qu’ailleurs. On aligne des phrases creuses, genre «les jeunes sont notre richesse et notre avenir», et puis on cale sur la mise en pratique.
Atlantic Dialogues(1) organisé par la Fondation de l’OCP et le German Marshall Found des Etats-Unis ont trouvé 45 jeunes, chez qui il existe déjà plus qu’un potentiel puisqu’ils ont déjà des jobs et/ou des fonctions sociales sortant du lot. Parmi eux, des Marocains et Marocaines. Avec plus de facilités en Europe ou aux Etats-Unis qu’ils n’en ont eues ou qu’ils en auraient eues au Maroc pour ce qui concerne les enfants des émigrés.
Après la vague de renouvellement du début des années 2000, dans le sillage du nouveau règne, les opportunités se sont un peu restreintes. On connaît l’explication: pas de mise à niveau de l’enseignement public depuis trente ans.
Mais explication n’est pas raison.
Il faut arriver à contourner ce mur. Des jeunes parviennent à contourner ce mur. Mais il s’agit de cas personnels: où qu’ils soient, ils réussissent toujours. L’enjeu c’est de les dupliquer à plus grande échelle. C’est en cela que les profils et comportements des Jeunes Leaders repérés par la Fondation OCP et le GMF, peuvent servir de référents, de boîte à idées.
Aucun n’est né avec une cuillère d’argent dans la bouche; la majorité ont des parents modestes, mais intraitables sur l’éducation alors que leurs écoles n’étaient pas des établissements prestigieux. Ce qu’ils ont le plus en commun, c’est d’avoir été repérés. Puis poussés.
Quel dommage que la promotion des futurs leaders ait été combattue, par pure démagogie, par nos deux gouvernements politiques.
Nadia SALAH

                                                 

(1) Voir nos comptes rendus dans L’Economiste du lundi 27 octobre 2014 ainsi que notre  cahier spécial, vendredi 31 octobre 2014.

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc