×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:52 Le 05/11/1992 | Partager

    Les mesures, de mise à la retraite des grands personnels de l'Etat ayant atteint 60 ans sont

    des mesures qui conviennent à l'opinion publique, tant chez les fonctionnaires, que chez la société civile.

    Le côté "charrette" embarrasse. mais il est passé par pertes et profits la fin justifie les moyens

    Pourtant plusieurs éléments méritent davantage d'attention.

    Nous passerons sur les côtés voyeurs ou vindicatifs qui se révèlent dans les commentaires : ce sont de banales méchancetés humaines et les hommes concernés, par la mise à la retraite auront suffisamment d'expérience de la vie pour ne pas y accorder d'importance.

    En revanche, la quasi-unanimité de la création en faveur d'une mesure. somme toute lapidaire. impose réflexion.

    La décision de mettre fin à l'activité d'une personne. surtout un cadre du calibre de ceux qui sont visés, est un acte de management des ressources, humaines.

    La motivation du personnel exige du doigté et du discernement. Ceux qui révisent aujourd'hui à la hausse leur plan de carrière, fêteront aussi un jour ou l'autre leur soixantième anniversaire...

    La libération automatique de postes ouvre des perspectives de responsabilisation, problématiques voire fermées jusqu'ici. Mais comment doit-on réellement analyser la création de cette ouverture? En fait elle signifie au moins une chose, pas très flatteuse pour la gestion du secteur public.

    Elle signifie qu'il y a une coupure grave entre les titulaires des postes, et ceux qui sont dans leur environnement, puisque ces derniers ressentaient comme une injustice le maintien de leurs patrons en place. Le sentiment est assez fort pour entraîner la minimisation du facteur expérience. peut-être parce que l'expérience est mal transmise ou peut-être parce que les compétences sont contestées.

    En tout cas. il y a là un problème. problème qui est davantage ressenti que réel. Puisque ces hommes, qui cessent leur activité sont des hommes qui ont grandement participé à la construction des structures, du Maroc d'aujourd'hui

    Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc