×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Incontrôlables

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4842 Le 24/08/2016 | Partager
    benbabid_edito.jpg

    Le raisonnement est respectable,  la finition mauvaise. Traiter  les risques de manipulation des électeurs à quelques semaines du scrutin, qui s’en offusquerait? Tenter de le faire en s’appuyant sur l’interdiction des sondages, quelle mauvaise idée. D’abord, c’est une menace sérieuse pour la liberté d’expression et qui charrie des risques de discrimination pour l’information des citoyens. Ensuite, à l’heure d’Internet, elle est tout simplement inapplicable à moins de vouloir fermer tous les sites hébergés sur un serveur à l’étranger qui se hasarderaient à publier un sondage sur le Maroc. Oui, l’exercice du sondage ne réunit pas toujours les critères de scientificité exigibles des enquêtes statistiques.
    L’arrivée d’expériences éditoriales «WordPress» sur les réseaux tout particulièrement, avec pour certains cas des collusions politiques latentes, n’a sans doute pas contribué à lever les soupçons. Mais est-ce une raison pour jeter le bébé avec l’eau du bain?  Les sondages politiques doivent être pris pour ce qu’ils sont, à savoir des projections, avec une marge d’erreur,  sur des intentions de vote à un instant donné. La plupart des études internationales l’ont démontré, il y a très peu de certitudes sur l’impact de la publication des sondages sur les scores électoraux. L’éventualité des votes mimétiques en faveur des favoris des sondages,  le fameux effet Bandwagon? Ce scénario est écarté depuis longtemps par les travaux d’un certain… George Gallup,  le père même du sondage d’opinion! Et même si, dans certaines situations, les candidats donnés gagnants par les pronostics s’avèrent effectivement victorieux, on le sait: corrélation ne signifie pas causalité!
    Finalement, l’interdiction des sondages s’apparente à un remède que l’on teste, à des doses de cheval, sur l’édifice démocratique.  Avec des effets incontrôlables.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc