×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Gros projets, petits hommes?

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5553 Le 10/07/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg
     

    LA CDG, via une filiale, fédère les intervenants de la station touristique Saïdia, dans le Rif. Elle est construite sur le modèle des sociétés de gestion-développement locales, dans les plus grandes villes du pays. D’après nos investigations (voir ci-contre), cela marche aussi dans cette ex-grande station balnéaire de l’ex-plan Azur. 
    Bien sûr qu’il y a des couacs. Bien sûr qu’il y a des mauvais coucheurs… et ainsi de suite. 
    Mais leur domaine d’action (ou de nuisance?) n’est plus suffisant pour bloquer les projets. Et si le pire n’était pas le blocage? Le pire est peut-être d’entretenir, auprès des Marocains, la culture du «y’a qu’à» si bien développée par des experts en ignorance? Bonne question.
    Le gros souci des projets multidisciplinaires du Maroc, c’est la mésentente entre les partenaires. Mauvaise entente qui ne vient pas de divergences techniques ou stratégiques. Pas du tout. 
    Il s’agit tout simplement d’ego surdimensionnés dont l’ambition peut faire coûteusement échouer n’importe quel projet. Un exemple entre mille: le MM6 de Rabat que Mehdi Qotbi et son équipe ont fait sortir de terre en quelques mois, était bloqué depuis le début des années 1960, soit 50 ans plus tôt. Combien les citoyens ont-ils payé pour ce demi-siècle de rivalités stupides? On ne le saura jamais.
    On a sans doute commis une erreur de débutants en multipliant les organes et les spécialistes autour du tourisme. On a compris que les organes régionaux devaient favoriser le consensus et l’adaptation locaux, mais qu’est-ce à dire quand les élus renient ce qu’ils ont signé deux heures plus tôt?
    Les rieurs apprécieront la dernière actualité de la SMIT, Société marocaine d’ingénierie touristique, qui date du 15 février 2017: elle avait gagné le «Prix de la meilleure stratégie pour le tourisme créatif».  Mais à quoi sert-elle sinon à manger tranquillement son capital, comme l’a souligné la Cour des comptes?

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc