×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    A fond de train

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5344 Le 05/09/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    On se doutait depuis quatre-cinq ans que les choses ne tournaient pas rond dans la politique de logement  et/ou d’urbanisme. Mais pas dans ces proportions-là.

    Il y a d’abord eu les alertes financières lorsque les deux fleurons du secteur immobilier, de grandes entreprises cotées en Bourse, ont commencé à donner des signes de faiblesse. Puis Bank Al-Maghrib a lancé des alertes sur les engagements immobiliers. Elle s’est même préoccupée des «produits créatifs» masquant l’ampleur des engagements réels.

    Tout ceci s’est passé en public, scrupuleusement rapporté dans les colonnes de la presse.

    Alors comment se fait-il que ni le ministère du Logement (tenu par le PPS pendant cette période), le premier responsable politique, ni le chef de gouvernement, ni les élus, pas plus ceux de la majorité que de l’opposition, aient laissé sans réagir se développer une bulle de gaspillage des fonds publics, avec en prime des risques tout à fait démesurés.

    Qu’on en juge: Les familles marocaines ont besoin de logements sociaux. Alors comment se fait-il que le meilleur des taux de réalisation soit de 7% (Souss) et que les grandes villes soient au-dessous de 1%. En face, dans ce qui s’est appelé le logement moyen à 250.000 DH, il y en a 355%, bien lire trois fois et demie trop à Casa, 130% de trop à Rabat et dans l’Oriental?

    La Cour des comptes est claire: pas d’études, pas de suivi, des signatures à tour de bras parce que… le logement moyen crache une marge extraordinaire de 53%. C’est logique puisque techniquement ce logement moyen ressemble comme un frère au logement de 140.000 DH. Et puisque la curée n’était pas suffisante, on a rajouté à grandes louchées des exonérations fiscales: 15 milliards de manque à gagner. On aurait pu changer la face de la Santé publique ou de l’enseignement.

    A fond de train, la politique sociale a perdu tout repère raisonnable. Heureusement qu’il y avait la solution du «séisme royal».

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc