×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Ephémère

Par L'Economiste| Edition N°:2268 Le 04/05/2006 | Partager

Au moment où les Marocains doutent de la capacité des hommes politiques à redonner un nouveau souffle au pays, il convient de s’interroger sur la nature des débats en cours pour reconquérir l’électorat. Car en guise d’effervescence des idées, à quoi assiste-t-on finalement?A une année des législatives, les politiques cherchent à se relégitimer, qui par une surenchère d’offre de compassions, qui par ses engagements de réforme du code électoral, d’ouverture sur les jeunes… Dans tout cela, l’électeur cherche, au gré des évènements, les idées, les causes qui lui correspondent le mieux. Mais dans le paysage qui est offert, les possibilités de choix sont bien minces. Le fait que les convictions politiques de droite et de gauche se soient estompées ne facilitent guère les choses. Dans le genre original, il y a enfin ceux qui surfent sur la peur des gens. La presse islamiste par exemple ne se décourage toujours pas dans sa cabale contre le film Marock. C’est une cause pour les islamistes mais c’est une bien piètre cause qui ne leur procure qu’une faveur éphémère. Les Marocains ont bien évidemment plus urgent à faire que de pister les films osés. Des arguments que l’on peut démonter sans être soupçonné de faire le lit des thèses d’Alain Finkielkraut. Il n’en reste pas moins que les prises de position d’Attajdid, le journal proche du PJD, inquiètent. Elles ne font pas qu’amuser la galerie lorsqu’on est pas loin d’accuser la réalisatrice d’apostasie, lorsqu’on placarde sa photo à quelques milliers d’exemplaires comme pour dire: oui, retenez ce visage, c’est bien elle! Ce lynchage public interpelle les dirigeants du PDJ qui ne peuvent continuellement se défausser et clamer que la surenchère de la base ne reflète pas les choix du parti. Oui, les islamistes inquiètent. Et ce en dépit des discours rassurants. Car, dans ce cas, rarement les mots auront été en contradiction avec les actes.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc