×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
L'Edito

Energie

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5386 Le 05/11/2018 | Partager
mohamed_benabid.jpg

Qui n’avance pas recule. L’expression relève de l’évidence sur le sujet des énergies renouvelables. Pour ne pas se laisser distancer, le Maroc est invité à rester constamment en émulation sur ce qui est en passe de devenir l’une de ses belles vitrines mondiales.

Une partie des enjeux ont été rappelés avec pertinence lors du dernier debrief royal. Le principe de précaution exige d’agir sur l’ensemble de la chaîne. Plusieurs risques persistent.

D’abord dans le solaire la question de la rentabilité reste une éternelle épée de Damoclès. L’amélioration du rendement des cellules photovoltaïques, ou encore la baisse des modules de production solaire (merci la Chine!) est une lame de fond ces dernières années.

Cependant, l’arrivée de nouvelles capacités mondiales est un challenge permanent pour tous au point de faire planer constamment le risque d’une bulle. Et dans les deux principaux marchés, Etats-Unis, Chine, cette rentabilité ne tient que par la magie des subventions.

Ensuite, la faiblesse des relais industriels. Le travail sur le développement de capacités de production au Maroc s’accompagne imparfaitement de l’émergence d’une réelle filière. Les opérateurs de fabrication d’équipements sont encore peu nombreux. Il reste donc à dessiner les contours d’un véritable écosystème autour des énergies renouvelables, une orientation peu perceptible pour l’heure.

Enfin, les ambitions marocaines pour les énergies renouvelables seraient de moindres portées tant que la population sera privée d’accès face à de grands réseaux centralisés et en l’absence d’assurances sur l’épouvantail originel de l’intermittence et donc du stockage.

Les questions énergétiques, qu’il s’agisse d’énergie fossile ou pas, vont au-delà de la résolution de problèmes techniques et ne sont jamais neutres compte tenu des effets politiques, économiques et sociaux qu’elles peuvent induire. L’issue dramatique de la Samir est un parfait exemple d’erreurs d’arbitrages et de perception qui peuvent être lourdes de conséquences pour la collectivité (Lire aussi article).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc