×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Cols blancs

    Par Mohamed CHAOUI| Edition N°:5430 Le 14/01/2019 | Partager
    mohamed_chaoui_intern.jpg

    Le rapport de l’ONU, relatif à la convention sur le renforcement du dispositif anti-corruption au Maroc, relance le débat. Après avoir évalué l’existant, l’organisation internationale a proposé un mode d’emploi pour éradiquer ce phénomène.

    La réaction mitigée du chef du gouvernement à la recette préconisée en dit long sur sa volonté et sa capacité à combattre ce fléau. Son plan d’action, issu de sa stratégie, est déjà qualifié par la société civile de mort-né.

    A l’intérieur même de l’exécutif, sa refonte, de fond en comble, est réclamée.

    Pourtant, le PJD, aux commandes depuis 8 ans, s’était distingué par un slogan accrocheur: la lutte contre la prévarication et pour la moralisation de la vie publique. Ses dirigeants affirmaient, haut et fort, que cette stratégie allait économiser au pays au moins 2 points de PIB.

    L’opinion publique, lassée par des politiques qui faisaient le contraire de ce qu’ils promettaient, est tombée dans le panneau. Depuis, elle a déchanté.

    Au lieu de reculer, la corruption a continué à progresser. Au point de se demander si ce système arrange les affaires de certains. Et qui aurait intérêt à ce que cela disparaisse? Des croisades contre ce mal, le Maroc en a connu. Encore et toujours…

    Or, pour l’endiguer, au-delà de la dématérialisation des procédures et ses effets, la meilleure approche est d’inverser l’approche: La corruption c’est comme les escaliers, pour la nettoyer il faut commencer par le haut.

    Au lieu de se limiter à traquer la petite corruption dans les services publics ou privés, il faut s’attaquer à une autre délinquance, celle des cols blancs qui sévit insidieusement dans le secteur des marchés publics. Comme dans les commissions pour les nominations dans les hautes fonctions publiques, elle parvient, en coulisses, à orienter les décisions. C’est là où il faut aussi frapper pour obtenir des résultats concrets, plus efficaces, et de fort impact psychologique.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc