L'Edito

Bêtise?

Par Nadia SALAH| Edition N°:5176 Le 26/12/2017 | Partager
nadia_salah.jpg

Au Maroc, on a réussi en peu de temps à renverser la courbe de la pauvreté. On a réussi à mettre presque toutes les petites filles à l’école alors qu’on partait de très, très loin. On a atteint un niveau de vaccinations exemplaire. On a réussi en quelques mois, le «Zéro mika», si bien réussi que ce sont les gens eux-mêmes qui s’indignent lorsque dans leur entourage quelqu’un contrevient à la discipline. On a généralisé le port de  la ceinture de sécurité, là où des avocaillons voulaient combattre la mesure au nom de  la liberté de se rendre handicapé (sic!).

Les exemples de changement radical de comportements abondent. Pourtant, les Marocains ont une solide réputation de conservateurs. Conservateurs, oui, mais pas fous: ils savent où sont leurs intérêts. Ils ont aussi, et quoiqu’on en dise, un sens développé de l’intérêt collectif, comme l’a prouvé l’opération «Zéro mika».

Le point commun de ces changements c’est la communication publique, la communication politique.

Or ne voilà-t-il pas que pour des prescriptions simples du code de la route, personne ne s’occupe de communication. Les passants découvrent du jour au lendemain que c’est 25 DH (parfois nettement plus, dit-on) de traverser en dehors des passages… fort peu marqués au demeurant.

Quelquefois, l’agent détourne le regard pour ne pas avoir à défendre seul une mesure que personne n’a expliquée. Et il y a plus fort: qui est prioritaire dans les ronds-points, celui qui est déjà engagé ou celui qui arrive par la droite?
Qu’est-ce qui arrive au Maroc où les gouvernants ne se soucient plus assez  de leurs électeurs et des contribuables, pour les informer  de ce qui les concerne?

On ne peut pas imaginer ce déni d’information comme une volonté délibérée: créer le désordre dans les esprits dans le but de prendre le pouvoir sans partage. On se contentera de croire à l’incompétence et à  la bêtise.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc