×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

USFP: Un Conseil national «grand ouvert»

Par L'Economiste | Edition N°:2373 Le 02/10/2006 | Partager

. Le parti de Mohamed El Yazghi fait de l’«ouverture» son leitmotiv . Congrès extraordinaire le 28 octobre L’ouverture. Tel est mot d’ordre de l’Union socialiste des forces populaires (USFP). Plus qu’un slogan, le parti de Mohamed El Yazghi en fait un code de conduite. Une conduite observée au Conseil national de cette formation, réuni samedi 30 septembre à Rabat. Ce rendez-vous s’est voulu ouvert tant sur l’opinion publique que sur les cadres du parti. Preuve en a été le «bref» exposé du Premier secrétaire de l’USFP, Mohamed El Yazghi, pour céder la parole à d’autres membres des instances du parti. El Yazghi s’est contenté de tracer les grandes lignes et de commenter certaines actualités. Il est revenu sur les actions entreprises par le parti depuis la dernière tenue du Conseil national. A la mise en œuvre des décisions prises lors du 7e congrès national s’ajoutent l’organisation de Conseils régionaux et l’institution d’une association des conseillers socialistes. Sans oublier la mise en place de la Fondation socialiste pour la recherche, les études et la formation, et du secrétariat national du parti. Deux actions ont été particulièrement soulignées. La première n’est autre que le rôle joué par l’USFP dans l’adoption par la Koutla d’une nouvelle déclaration. «L’une des principales missions que nous nous sommes assigné au sein de la Koutla reste la présentation d’une proposition commune de réforme de la Constitution, en accord avec les vœux du Souverain». El Yazghi a tenu un discours plusieurs fois réitéré. «De cette réforme dépendra la capacité du Maroc à poursuivre le train de réformes politiques enclenché, sur des bases plus solides et plus démocratiques», a-t-il dit en substance. Seconde action majeure: les préparatifs du prochain congrès du parti. Ce dernier est prévu pour le 28 octobre prochain. Cette date traduit la volonté de l’USFP de se conformer aux dispositions de la loi sur les partis. S’exprimant à ce sujet, Abdelkader Baïna a précisé que la réunion du Conseil national est l’occasion de régler les derniers détails dans cette perspective. Et de relever le caractère crucial que cette loi revêt, malgré un volet sanctions «trop léger» à ses yeux. Il a cité à cet égard la sanction allant de 20.000 à 100.000 DH à l’égard de tout député qui change de formation politique alors qu’il est sous mandat. Toujours dans un souci d’ouverture, le Conseil national de l’USFP a eu également l’occasion de (re)faire la promotion de l’opération de charme menée par le parti par recruter de nouveaux membres. Les procédures d’adhésion ont pour cela été allégées; les organes nationaux, régionaux et locaux du parti, ouverts aux jeunes potentiels; et les canaux d’ascension à l’intérieur de la formation, facilités. Expliquant le bien-fondé de cette initiative, Mohamed El Achâari a expliqué que, depuis son récent lancement, les rangs de l’USFP ont été renforcés par plusieurs centaines de nouveaux membres. «Notre objectif, en cela, est construire un grand parti, ouvert et capable de mobiliser de larges potentialités et d’influer directement dans l’édification de l’Etat moderne que nous souhaitons tous», a-t-il déclaré.Les enjeux sont de taille. Il s’agit en premier lieu de «contrer les courants obscurantistes» et de participer à l’édification d’un projet de société où puissent se retrouver toutes «les forces éclairées, démocratiques et modernistes», en commençant par les jeunes. Il s’agit aussi de défendre les acquis politiques et économiques des dernières années. Driss Lechgar s’est attardé sur ce volet, en insistant sur le bilan gouvernemental qui sera marqué par une année 2007 aux immenses enjeux électoraux. Avec tous les débats ayant entouré les élections pour le renouvellement du tiers de la Chambre des conseillers, mais aussi ceux qui concerneront, dès la prochaine rentrée parlementaire, le code électoral.


Polémique

El Yazghi est revenu sur la récente polémique suscitée par la fatwa du théologien Youssouf Qardaoui. Sans le nommer, il a reproché au PJD le fait d’avoir relayé les «délires d’un des théoriciens du mouvement intégriste», celui-là même qui a porté atteinte au Maroc, «en l’alignant sur les pays d’immigration et en s’exprimant aux Marocains comme s’ils étaient une minorité dans leur propre pays». Et de rappeler la concept de responsabilité morale lancé par l’USFP, au lendemain des attentats du 16-Mai, affirmant que cette responsabilité reste, là encore, valable. Le Premier secrétaire est allé plus loin en affirmant que l’action politique au pays a besoin, outre le recours à la loi, d’être régulée par un pacte national contre le terrorisme et l’obscurantisme, à discuter et à avaliser devant l’opinion publique. «Avec nos frères de la Koutla, nous préparons une initiative dans ce sens».


Corruption

Mohamed El Yazghi n’a pas manqué de commenter la campagne de moralisation publique menée actuellement à plusieurs niveaux (trafic de drogue, élections pour le renouvellement du tiers de la Chambre des conseillers). Et de s’interroger si c’est le début d’une ère où nul n’est désormais au-dessus de la loi ou s’il s’agit uniquement de campagne «saisonnière», dictée par des considérations «temporaires». Pour lui, seule la Justice doit avoir le dernier mot, dans l’indépendance et la transparence les plus totales. Se refusant à tout commentaire sur les Conseillers actuellement interrogés dans le cadre d’affaires d’achats de voix, il a ajouté que le parti assumera toutes ses responsabilités politiques et réglementaires face à ce que dira la Justice. Tarik QATTAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc