×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Politique

    Union pour la Méditerranée
    L’acte de naissance signé

    Par L'Economiste | Edition N°:2819 Le 14/07/2008 | Partager

    . 43 membres, dont 10 pays du Sud. Rabat candidate pour abriter le siège de l’Union Nicolas Sarkozy a gagné son pari. Hier, à Paris, une quarantaine de chefs d’Etat ou de gouvernement ont répondu à l’invitation du président français pour le lancement de l’Union de la Méditerranée (UPM). Le Maroc était représenté par le prince Moulay Rachid. Bien qu’accueilli avec scepticisme par de nombreux experts au nord et au sud de la Grande bleue, le projet a pour mission d’équilibrer les relations entre les pays du pourtour méditerranéen. Via des partenariats concrets comme la dépollution de la Méditerranée, l’énergie solaire et la sécurité civile. Pour le reste, il faudra attendre dans la mesure où aucune feuille de route n’est pour l’heure véritablement tracée. Mais une chose est sûre. Grâce à l’UPM, Sarkozy et la France renforcent leur rôle de médiateurs dans cette région du monde. Et cela contredit les propos du dirigeant Mouammar Kadhafi qui a boycotté la rencontre estimant que «cela allait encore plus diviser les Arabes». De fait, pour la première fois, les frères ennemis libanais et syriens se sont assis à la même table, plus de 60 ans après leur indépendance.L’ouverture croisée d’ambassades est annoncée. Autres poignées de main largement médiatisées celles de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, d’Ehud Olmert, chef du gouvernement israélien, et du Premier ministre turc, Recep Erdogan. Rappelons que la Turquie joue le rôle d’intermédiaire dans les négociations relancées récemment entre la Syrie et Israël. Erdogan espère que l’UPM permettra d’accélérer le processus d’adhésion de son pays à l’Union européenne. Même si «ce sont deux questions distinctes», a déclaré le président français. Hier, à l’heure où nous mettions sous presse, la grande plénière, tenue au Grand Palais et coprésidée par le président égyptien Hosni Moubarak, devait donner naissance à une Union de 43 membres. Composée des 27 pays de l’UE et de 10 pays du Sud (Maroc, Algérie, Mauritanie, Tunisie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Syrie et Turquie). L’Autorité palestinienne, l’Albanie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et Monaco sont également de la partie.Le choix du siège de son secrétariat fait l’objet d’âpres discussions et devrait être remis à plus tard. Rabat, Tunis, La Valette (Malte) et Barcelone sont candidates.F. E. O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc