×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Un super plan formation pour l’électronique

Par L'Economiste | Edition N°:3355 Le 06/09/2010 | Partager

. Chami prévoit un master plan pour un secteur qui doit créer 9.000 emplois . Une étude sectorielle prévueLes métiers de l’électronique auront droit à un master plan de formation à l’horizon 2015. En d’autres termes, Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie et du Commerce, compte mettre en place un outil de planification et de gestion du marché de l’emploi ainsi que la formation dans l’électronique. Un secteur qui figure parmi les six métiers mondiaux du Maroc et où le potentiel de croissance est estimé à 2,5 milliards de dirhams de PIB additionnels. Ce qui se traduirait par la création de 9.000 nouveaux emplois directs sur la période 2009-2015. La mise en place de ce master plan nécessitera au préalable une étude sectorielle sur la formation dans le secteur de l’électronique. Dans le cadre du Pacte national pour l’émergence industrielle signé en février 2009, un programme de formation est mis en place pour garantir la disponibilité des profils aux besoins du secteur. Des aides directes sont également accordées aux entreprises pour la formation dans ce secteur. Mais aujourd’hui, il s’agit d’affiner les besoins en formation pour mieux accompagner le développement du secteur, évitant ainsi les ratages. Il est donc question d’élaborer un plan de formation spécifique aux métiers de l’électronique et de déterminer des mesures préalables et d’accompagnement nécessaires à son application. Ce plan devra indiquer l’évolution prévisionnelle de la demande en compétences à l’horizon 2015 pour les différents métiers de l’électronique et de l’offre en formation pour y répondre. Il doit aussi prévoir les dispositifs nécessaires à sa mise en place et déterminer les responsabilités des différentes parties concernées. Les nouveaux projets d’investissement nécessaires à la réduction des écarts entre l’offre et la demande et les cursus à développer doivent aussi être déterminés. Une carte de formation par région est également prévue. Ce master plan s’appuiera sur les benchmark internationaux surtout par rapport aux politiques publiques adoptées pour soutenir le développement des compétences dans ce secteur et les mesures entreprises par les acteurs publics et/ou privés pour assurer une meilleure adaptation de l’offre à la demande.Au Maroc, ce secteur se compose de deux branches. La première est l’électronique grand public qui englobe les composants en amont, produits bruns, etc. La seconde est l’électronique de spécialité/intégrée, soit l’électronique embarquée pour automobile et aéronautique, industrielle, médicale. Mais cette deuxième branche, dont la croissance est limitée au Maroc, présente un potentiel prometteur et peut contribuer fortement à l’industrialisation du pays. D’abord parce que cette industrie est d’une intensité capitalistique et technologique faible alors qu’elle est fortement consommatrice de main-d’œuvre. Ce qui lui permet de se développer au Maroc. Ensuite, le changement de structure de l’industrie permettra de développer des produits plus intégrés et à plus forte valeur ajoutée. Surtout qu’une nouvelle génération de sous-traitants plus intégrée externalise une partie de ses opérations. Khadija MASMOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc