×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Très rare dans les mutuelles

Par L'Economiste | Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

Pour le commun des mortels, il est impossible de se faire rembourser, par les assurances, les frais engagés à l’occasion de la vaccination de son enfant. Pourtant, une toute petite minorité d’assurés dispose de cette prestation. Tout dépend en réalité du périmètre des couvertures auxquelles votre employeur a souscrit dans le cadre du contrat d’assurance groupe, souligne-t-on chez Atlanta. L’affilié (entreprise) peut choisir cette option moyennant une «surprime». Néanmoins, aucune indication sur le supplément n’est avancée. Pour les contrats collectifs, le remboursement dépend de la masse salariale et de l’effectif des entreprises assurées. En revanche, la prise en charge du vaccin est courante dans les contrats individuels. Axa Assurances confirme également. Mohamed Bennis, directeur général adjoint de la Marocaine-Vie, a un autre son de cloche: «En général, les vaccins ne sont pas remboursés; les contrats de remboursement sont très rares, voire inexistants». Le client donne la priorité aux pathologies qui coûtent cher, ajoute-t-il. Quelques exceptions existent dans le cadre des conventions spécifiques comme les groupements professionnels. La différence se traduit au niveau des tarifs», explique le DG adjoint de la Marocaine-Vie. Bennis prédit que les assurances privées vont devoir réviser leur stratégie suite à la décision de remboursement de tous les vaccins des enfants de moins de 12 ans par l’AMO. Les premiers dossiers seront traités à partir de mars 2006.Pour ce qui est du plafonnement des frais des accouchements normaux, les responsables d’Atlanta avancent qu’ils ne peuvent pas «rembourser le confort!» faisant allusion au délai d’hospitalisation. Là aussi, les taux de remboursement dépendent de la nature du contrat. Les accouchements par césarienne sont, quant à eux, remboursés. Du coup, certaines cliniques abusent. «Seule l’honnêteté du médecin et le professionnalisme de la clinique mettront un terme à ces abus».Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc