×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Textile: Les véritables attentes des donneurs d'ordres

Par L'Economiste | Edition N°:1478 Le 18/03/2003 | Partager

. Mini-collections, actualisations en 6 semaines, reassort et livraisons plus rapides.... Les consommateurs sont séduits par la profusion des articles . Tarabustés, les industriels n'ont pas d'autre choix quede se conformerHyperponctuels, superréactifs et supercréatifs... c'est à ce profil que doivent répondre les textiliens d'aujourd'hui, pour défendre leur position et la conforter par rapport aux chamboulements de l'industrie mondiale. Et surtout, par rapport aux desiderata de la demande qui se font de plus en plus pointus et précis. Certes, les avantages comparatifs du Maroc se sont érodés au niveau des coûts de la main-d'oeuvre. Aujourd'hui, selon Jean-François Limantour, consultant et responsable des enquêtes Amith/EME, «une ouvrière marocaine vaut dix ouvrières chinoises et douze bengalaises«. Effectivement, il n'y a pas photo, mais cela n'empêche pas le Royaume de se hisser vers d'autres créneaux qui vont lui permettre de dépasser ce hiatus. Faut-il encore le répéter, aujourd'hui le salut du secteur textile-habillement se trouve dans la conception de produits finis et de collections variées. Et si l'on en croit les représentants de la distribution étrangère présents lors de la conférence qui s'est déroulée au cours du Salon Maroc Sourcing le 15 mars, ce qui attire aujourd'hui c'est la propension des magasins et marques à proposer de nouveaux produits. Il n'y a qu'à voir le cas de Zara. Inditex, le géant espagnol de la mode, l'a bien compris. «Zéro stock et gestion de la rareté concrétisent parfaitement la gestion en flux tendus pour ce groupe«, explique Pascal Morand, directeur général de l'IFM, appuyant ses propos par une citation de Terence Conran, dont la célèbre enseigne (Conran Shop) a encore de beaux jours devant elle: «Les consommateurs ne savent pas ce qu'ils veulent, jusqu'à ce qu'on leur propose«. Et c'est exactement ce concept qu'aujourd'hui la grande distribution applique. Elle propose, toutes les 4 à 6 semaines, de nouveaux produits à des consommateurs de plus en plus friands. Les actualisations sont ainsi réalisées 2 à 4 fois par saison, souligne Serge Chuchana, représentant de groupe Vivarte (ex-André). A ce propos, ajoute Pascal Morand, «on retourne moins dans un magasin pour retrouver un produit qui avait tant plu, qu'à la recherche de nouveaux articles«. C'est vrai, la consommation a changé de visage. Elle se tourne vers le négoce. Maintenant, c'est aux textiliens marocains de changer leur fusil d'épaule. Outre les produits finis, les donneurs d'ordres exigent des livraisons qui soient faites à temps. Un temps qui file, se défile et risque de donner du fil à retordre pour qui n'aura pas su gérer cette ressource. Les Asiatiques qui se trouvent à des milliers de kilomètres de l'Europe arrivent à livrer en un temps record, soit cinq semaines au plus tard. Que dire de plus en sachant que c'est le score qu'affichent les textiliens marocains, qui ne se trouvent qu'à 14 km de l'Europe? Il faudrait qu'à l'avenir, lorsque toutes les dispositions seront prises pour passer de la condition de sous-traitant à celle de créateur et fabricant, que des mini-collections soient réalisées et expédiées en quatre semaines. Les industriels doivent garder l'oeil rivé sur leurs montres. Et c'est à ce travail de mutation profonde que se sont attelés les responsables de l'Amith. Aujourd'hui, le pari est de redimensionner le périmètre de la profession, introduisant ainsi la notion de complémentarité et de développement des synergies. Même si elle ne représente pas une mince affaire, le transformation est inéluctable. Produits finis, cotraitance, actualisation, flexibilité, réactivité, création, stylisme, collections, mode, font désormais partie du nouveau jargon des textiliens. Un jargon qu'ils devront apprendre au nom de la compétitivité. Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc