×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Textile: La Tunisie plus agile que le Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:3512 Le 20/04/2011 | Partager
    Il peine à sortir de la concurrence par le prix
    Même sur le jean on est battu
    Les résultats de la stratégie de cotraitance se font attendre


    La Tunisie a une longueur d’avance sur le Maroc dans le secteur textile. Les deux pays ont certes des stratégies similaires fondées sur la cotraitance, le produit fini et le circuit court. Mais «la stratégie tunisienne de valeur ajoutée, de mutation vers la cotraitance, le produit fini et le collectionning est plus avancée que celle du concurrent marocain», relève le Cercle euro-méditerranéen des dirigeants textile-habillement (Cedith) dans sa dernière livraison mensuelle. Cette montée sur la chaîne de valeur a une conséquence. Les prix moyens de la Tunisie sont, pour la plupart des produits, sensiblement supérieurs à ceux du Maroc.
    L’industrie textile marocaine à l’export est encore archi-dominée par le façonnage à faible valeur ajoutée. En amont, le démantèlement tarifaire permet de disposer de la matière première à des prix compétitifs, mais rares sont les entreprises qui se sont risquées à franchir le pas. Elles préfèrent pour la plupart rester dans une logique commerciale attendant les commandes des donneurs d’ordre. L’absence d’une politique RH dans les entreprises de ce secteur constitue aussi un handicap puisqu’elles n’arrivent pas à s’entourer de personnel qualifié et encore moins de designers.
    Le benchmark réalisé par le Cedith, relève que le Maroc est derrière la Tunisie en termes d’exportations habillement vers l’Union européenne. En 2010, le Maroc en était le 7e fournisseur textile-habillement pour 2,24 milliards d’euros et la Tunisie le 6e fournisseur pour 2,6 milliards d’euros. Le Maroc est ainsi jugé «très performant» en prêt-à-porter féminin (manteaux, vestes et ensembles pour femmes, robes, jupes, chemisiers…) et en sportswear/casualwear. Des produits ciblés dans le plan Emergence industrielle. La lingerie figure aussi parmi les niches à développer, mais pour l’instant, le Maroc n’arrive pas s’y positionner comme la Tunisie. Celle-ci «excelle» en balnéaire, en lingerie féminine, en vêtements professionnels et en sportswear.
    Dans la filière jean, la Tunisie est le quatrième fournisseur de l’Europe alors que le Maroc est classé 6e. Il devance certes l’Egypte, mais il est loin derrière la Turquie (2e rang). Les importations européennes de jeans ont progressé en valeur de 8,7 % en 2010 par rapport à 2009. Celles en provenance de Chine ont augmenté de 14,8% contre 14% pour la Turquie et 10,2% pour le Bangladesh. Au total, l’Union européenne a importé 485,6 millions de jeans pour une valeur de 3,36 milliards d’euros.
    Sur ce produit, le Maroc perd du terrain alors qu’il abrite la plus grande unité de denim sur son sol. La stratégie de ses opérateurs est surtout axée prix alors que la Tunisie et la Turquie optent là aussi pour la carte de l’innovation.

     

    Le prix moyen export pratiqué par la Turquie est de 12,49 euros contre 15,88 euros pour la Tunisie et 9,53 euros pour le Maroc. Ainsi si les prix unitaires des jeans chinois ont augmenté de 9,5% et ceux en provenance du Bangladesh de 7,6%, ceux des fournisseurs maghrébins ont baissé: -0,6% pour la Tunisie et -6,5% pour le Maroc.
    L’année dernière les opérateurs marocains ont tiré la sonnette d’alarme sur une baisse des exportations du jean. Ce qui a poussé l’Amith à commanditer une étude sectorielle pour mieux recadrer cette filière et le ministère de l’Industrie à explorer les pistes pour faire profiter les entreprises du secteur des différents mécanismes de soutien des PME. Pendant ce temps, la concurrence avance.

    K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc