×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Tanger: Ce qui attend le nouveau maire

Par L'Economiste | Edition N°:3413 Le 29/11/2010 | Partager

. Tourisme, industrie, mise à niveau urbaine …. Le projet de Palais des congrès traîne encore Ce ne sont pas les priorités qui manquent dans la gestion quotidienne de la ville de Tanger. Le changement du président du Conseil communal et de son équipe, intervenu il y a quelques semaines, a remis sur le tapis bon nombre de sujets et ravivé les espoirs d’une bonne partie de la population. Mais une question taraude déjà l’esprit des habitants de la ville: Fouad El Omari, le nouveau président, pourra-t-il rétablir la dynamique dans laquelle s’était engagée Tanger avant les élections de 2009? S’il est trop tôt pour répondre à cette question, il n’en reste pas moins évident que le nombre de chantiers a pour sa part augmenté. La ville de Tanger est tournée vers l’Europe. Ses deux activités principales, le tourisme et les activités portuaires y sont intimement liées. L’actuel port de Tanger a constitué dans le passé le cœur battant de la ville et son réaménagement est l’un des chantiers les plus importants de la décennie qui s’annonce. Le réaménagement du port devrait, en effet, permettre à Tanger de rattraper le manque à gagner engendré par le transfert de l’activité passagers vers le port roulier de TangerMed. Une opération qui est à la portée du Conseil communal puisqu’il a été intégré dans le projet et ce par la grande porte en devenant actionnaire de la société en charge de la reconversion du port. Le tourisme est aussi un secteur dans lequel le nouveau patron de la ville aura à montrer son savoir-faire. Les opérateurs du secteur se plaignent de l’apathie des conseils élus. Les opérateurs, qui participent au budget de ce conseil par la taxe de séjour, lui reprochent de ne rien recevoir en contre-partie de sa part. Mais le rêve des opérateurs reste la mise en place d’un Palais des congrès. En 2009, le bureau communal sortant avait lancé un appel d’offres pour une étude de faisabilité d’un Palais de congrès, qui s’est avéré infructueux. Un terrain de 6.000 mètres carrés avait même été identifié, mais le projet n’a pu être concrétisé. Un autre besoin: l’animation de la plage de Tanger. Cette dernière a beaucoup gagné avec la mise à niveau de sa corniche et de la station de traitement, mais l’on n’en profite pas trop commercialement. Aussi, les opérateurs espèrent qu’une animation dédiée aux touristes soit installée avec un véritable balnéaire et une espèce de Chiringuito et autres équipements. Sur un autre registre, il s’agit de faire bénéficier la ville des retombées du mega-complexe portuaire TangerMed. Jusqu’à présent, les seules retombées directes ont concerné le foncier qui a connu un renchérissement notoire en ville et dans la proche banlieue ainsi que la création d’emplois non qualifiés. La ville devrait, en effet, pouvoir en profiter et non pas en subir les conséquences, selon certains opérateurs. Les programmes d’urbanisation devraient être mieux cernés avec une vision future, une vision qui semble manquer jusqu’à maintenant à la commune. La ville a déjà connu le lancement de plusieurs programmes de mises à niveau. Depuis 2005 ce sont près de 5 milliards de DH qui ont été consentis dans ce sens à travers deux contrats-programmes. Il s’agit pour la nouvelle équipe communale de veiller à maintenir les acquis tout en n’oubliant pas les quartiers périphériques de cette dynamique.


Dynamique

Les services publics sont aussi un aspect sur lequel les habitants attendent de voir leur commune réagir. Transport urbain, stationnement, éclairage public, des dossiers dont la gestion laisse à désirer et qui attendent de pied ferme la nouvelle équipe communale. Mais en attendant, le nouveau président a déjà annoncé la couleur juste après son élection en assurant qu’il allait œuvrer pour la réalisation des grands projets que la ville de Tanger attendait. Pour El Omari, il s’agit d’accrocher la ville du Détroit à la dynamique actuelle que connaît le pays, surtout dans son environnement immédiat. En clair, allusion est faite au complexe portuaire TangerMed. Dans le même sens, El Omari a tenu à préciser que le Conseil de la ville de Tanger s’intéressera de très près au développement économique de la ville, deuxième pôle industriel du pays, sans oublier le volet social et culturel, par exemple. De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc