×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Sur un marché en baisse de 7,2 % à fin septembre : Les voitures commerciales maintiennent le cap

    Par L'Economiste | Edition N°:152 Le 03/11/1994 | Partager

    Les constructeurs et distributeurs automobiles (voitures commerciales et particulières) n'ont toujours pas vu le bout du tunnel. Pourtant, en début d'année, ils disaient tabler sur une légère reprise des immatriculations, fondant ainsi leur espoir sur un frémissement des ventes relevé au dernier trimestre 1993, notamment en décembre. Celui-ci avait été en partie attribué à la restriction sur les importations de véhicules d'occasion intervenue en août 1993, au renouvellement du parc auto d'entreprises ainsi qu'au lancement de nouveaux modèles.

    Pour expliquer l'atonie de leur ventes, ils continueront donc de montrer du doigt l'importation des voitures d'occasion. Celle-ci restera la cause principale tant que les autorités n'auront pas mis en place une meilleure réglementation de ces importations. Celles-ci se sont élevées à 80.000 unités au terme des huit premiers mois de l'année. Avec le lancement de la voiture économique de Fiat, prévu pour début 1995, le marché devrait connaître une nouvelle impulsion.

    Sur les neuf premiers mois de l'année donc, les immatriculations ont baissé de 7,2% à 7.786 unités contre 8.392 en 1993. Cette baisse résulte du recul accusé Dar Renault (-19,8% à 3.203 unités) et par d'Isuzu (-34,8% à 178), Citroën, Fiat et Peugeot ayant vu leurs immatriculations progresser respectivement de 6,3, 8,7 et 7,5%. Elle cache toutefois une hausse de 15,2% affichée par les voitures commerciales. Après une chute de 25,5% en 1993, les immatriculations de voitures commerciales se sont en effet redressées, passant de 2.990 unités à fin septembre 1993 à 3.445 en 1994. Sur ce segment, seul Isuzu a marqué un repli (-34,8% à 178 unités).

    Au premier semestre, la demande de voitures s'est rétrécie de 10,9% à 5.422 unités contre 6.082 au cours des six premiers mois de 1993. Les voitures commerciales ont été vendues au nombre de 2.452,en hausse de 11,5% par rapport au premier semestre 1993.

    Cette hausse n'avait profité qu'aux marques françaises Citroën, Peugeot et Renault Avec 995 Unités les ventes de Citroën ont progresser de 30,4% contre une baisse de 25,4% en 1993. Peugeot a vendu 265 véhicules, soit 48% de plus qu'au premier semestre 1993. Cette augmentation est d'autant plus significative que ses immatriculations avaient chuté de 61,8% à fin juin 1993 par rapport à la même période de 1992. De son côté, Renault a écoulé 926 véhicules contre 883 en 1993.

    Pour les marques en baisse, le Japonais Isuzu a assisté à une baisse de 36% à 117 unités après un accroissement de 12,3% en 1993. Avec 149 immatriculations contre 192 en 1993, Land-Rover a enregistré une régression de 22,4%. Durant la même période de 1993, ses ventes s'étaient contractées de 2,5% par rapport à 1992.

    Pour ce qui est des voitures particulières, les immatriculations se sont contractées de 23,5%, passant de 3.882 unités en 1993 à 2.970 cette année. Aucune marque n'a échappé à cette baisse en dehors de Fiat qui écoulé 4 voitures de plus qu'en 1993, soit 390 au total.

    Sur ce segment du marché, les ventes de Citroën ont continué à moins bien se comporter que sur celui des voitures commerciales. Elles ont en effet diminué de 57,2%, tombant de 393 unités en 1993 à 168 cette année. Pour Peugeot, les immatriculations se sont repliées de 10,7% à 985 unités après une chute de près de 47% en 1993 par rapport à 1992. Renault, qui a totalisé 1.427 immatriculations, a accusé une baisse de 28,7%.

    H.E.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc