×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Scrutin sans surprises en Tunisie

Par L'Economiste | Edition N°:624 Le 26/10/1999 | Partager

Quelque 3,3 millions de Tunisiens se sont rendus aux urnes dimanche pour élire leurs Président et députés au Parlement dans un scrutin réglé d'avance. Les résultats définitifs devraient être annoncés aujourd'hui.
Bien que ce soit la première fois dans l'histoire de la Tunisie où les électeurs se sont vus proposer un choix entre trois candidats à la présidence, l'issue du vote ne faisait aucun doute. Le Président sortant Zine El Abidine Ben Ali, 63 ans et pas l'ombre d'un cheveu blanc, était pratiquement assuré d'être réélu pour un troisième mandat de cinq ans.
Les deux autres candidats, deux dirigeants de petites formations de l'opposition reconnue officiellement, n'étaient là que pour des besoins de figuration. L'un des deux, M. Mohammed Bel Hadj Amor, l'a d'ailleurs clairement reconnu en avouant au journal français Libération qu'il participait "pour habituer la population à la compétition électorale". Ainsi, la présence de M. Amor, candidat du Parti de L'Unité Populaire (deux sièges au précédent Parlement), ainsi que celle de M. Abderrahmane Tlili, de l'Union Démocratique Unioniste, ne devaient changer en rien l'issue du scrutin. M. Ben Ali devrait réaliser un score très proche de celui du précédent scrutin. Candidat unique en 1994, M. Ben Ali avait été réélu avec 99,91% des suffrages.
Et selon certaines sources, les six partis de l'opposition devraient se partager les 20% des sièges que le pouvoir leur a accordé d'avance, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) au pouvoir, étant lui aussi assuré de remporter d'avance la majorité de 148 sièges sur les 182 du Parlement, dans le scrutin au niveau régional des circonscriptions.
La campagne électorale, qui s'est achevée vendredi à minuit, a été largement dominée par le parti au pouvoir qui affirme compter plus de 1,5 million d'adhérents. Tunis, la capitale, a été notamment submergée de portraits de Ben Ali et de banderoles vantant les réalisations du Président candidat.

Ghassan KHABER (AFP)

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc