×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Sahara: Offensive diplomatique

Par L'Economiste | Edition N°:2385 Le 18/10/2006 | Partager

. Les chefs de partis mobilisés sur plusieurs capitales . Sensibiliser les pays membres du Conseil de sécurité sur l’autonomie du Sahara marocainC’EST un véritable ballet diplomatique entrepris par le Maroc à travers le monde. L’objectif est de sensibiliser les pays membres du Conseil de sécurité sur l’autonomie du Sahara marocain. Les pays ciblés sont donc la Chine, la France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la Russie. D’autres pays membres non permanents comme le Pérou ou l’Argentine sont également visés. C’est le Souverain qui a décidé de dépêcher des ministres ayant une casquette politique. Ce travail d’explication intervient à la veille de la réunion du Conseil de sécurité qui doit se prononcer avant la fin d’octobre sur la question du Sahara à la lumière du rapport que présentera Kofi Annan, secrétaire général des Nations unies. C’est son dernier rapport puisqu’il cédera la place au Sud-Coréen Ban Ki-Moon qui dirigera l’Organisation à partir de janvier prochain. L’idée est d’impliquer activement les partis de la majorité dans le traitement du dossier du Sahara. Ces politiques sont chargés d’apporter un plus en faveur de la diplomatie classique pour lui conférer un rôle plus offensif. La première fois que les politiques ont été appelés à la rescousse de la diplomatie sous le règne de Mohammed VI remonte à la mi-juillet 2005. Aujourd’hui, la délégation comprend Mohamed El Yazghi, premier secrétaire de l’USFP, Abbès El Fassi, patron de l’Istiqlal, Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement Populaire, Mustapha El Mansouri, membre du bureau exécutif du RNI et Nabil Benabdallah, membre du bureau politique du PPS. Ces politiques sont appuyés par Chakib Benmoussa, ministre de l’Intérieur, de Mohamed Benaïssa et Taieb Fassi Fihri respectivement ministre et ministre délégué auprès du ministre des Affaires Etrangères. La délégation a déjà rencontré vendredi dernier Condoleeza Rice, secrétaire d’Etat américaine à Washington, en présence de Steve Hadley, conseiller du président George W. Bush pour la sécurité nationale, et David Welch, secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient. La délégation s’est également entretenue avec le président français Jacques Chirac. Dans le même cadre, Abbès El Fassi et Mohamed Benaïssa seront reçus aujourd’hui à Moscou, tandis que Mohand Laenser et Taieb Fassi iront à Londres. Mohamed El Yazghi et Mohamed Loulichki, ambassadeur auprès des Nations unies à Genève, prennent la direction de Pékin. Quant à Mustapha Mansouri, il a pris la direction du Pérou et de l’Argentine et Nabil Benabdallah celle du Ghana et du Congo-Brazzaville.Ces dirigeants politiques sont conscients de la nécessité de se mobiliser pour expliquer et convaincre ces pays sur le bien-fondé de la formule d’autonomie dans les provinces du Sud, proposée par le Maroc. D’ailleurs, le Souverain a lancé en mars dernier une consultation générale pour inviter les formations politiques à s’impliquer davantage dans la gestion de ce dossier. Des propositions ont été remises au palais royal, mais rien n’a filtré sur le contenu des différentes offres. Ce chantier a été suivi par une consultation de la population locale, à travers le Conseil royal consultatif des affaires sahariennes (Corcas).Cette initiative royale tombe à pic, un moment où le dossier du Sahara a besoin d’une mobilisation générale. Le Maroc fait l’objet depuis quelque temps de tirs croisés. L’Algérie ne perd pas une occasion pour torpiller toute initiative visant une solution politique, particulièrement à l’occasion de la 4e commission la semaine dernière. Il faut donc contrecarrer cette entreprise destructrice du voisin de l’Est qui héberge, arme et finance le Polisario depuis bien longtemps.M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc