×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Réorganisation au ministère de l'Agriculture

Par L'Economiste | Edition N°:1571 Le 29/07/2003 | Partager

. Les neuf ORMVA changeront de nom et 4 nouveaux seront créés . La gestion de l'irrigation sera concédéeRecentrage des missions, définition des objectifs, spécialisation par métiers, amélioration de la gouvernance… ce sont là les principaux axes sur lesquels le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (MADR) prévoit d'articuler la réorganisation de ses services, surtout extérieurs. L'objectif est de mettre en place une matrice organisationnelle qui dote les structures extérieures de ce département de pouvoirs réels et aussi larges que possible. Par la mise en place de cette restructuration, le MADR vise aussi à résorber le décalage en termes de représentation régionale et d'assurer la déconcentration suffisante de la programmation et de la gestion. De plus, la réorganisation de la politique agricole impose un renouveau des structures. Concrètement, cette restructuration, si elle est menée à terme, se traduira par la constitution de deux pôles régionaux. Le premier sera centré sur les missions régaliennes, sur la représentation du département de l'Agriculture ainsi que la supervision des services déconcentrés. Il intégrera les directions régionales de l'Agriculture et du Développement rural (DRDAR) et les directions provinciales de l'Agriculture (DPA). Et c'est la DPA au niveau du chef-lieu de la région qui sera érigée en DRDAR. Elle aura pour mission d'assurer l'appui aux partenaires socioéconomiques au niveau régional et la coordination et la supervision des DPA relevant de la région. Elle aura également à sa charge la programmation et la gestion budgétaire au niveau régional. Et ce, sur la base des politiques nationales et des projets provinciaux. Les DPA représenteront le ministère au niveau provincial. Elles assureront l'actualisation et la formulation de projets provinciaux. Elles seront rattachées aux directions régionales. Le second pôle est relatif au développement et la mise en valeur. Il sera constitué par les Offices régionaux de développement agricole et rural (ORDAR). Ces Offices vont intégrer les Centres de travaux (CT) par une extension de leurs zones d'action. Ils s'assureront le rôle de sociétés d'aménagement régional.Les ORDAR remplaceront donc les neuf Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA). Leur mise en place est motivée par le besoin d'extension du champ d'action des ORMVA et par la minimisation de la création de nouveaux offices. S'y ajoute le besoin de mieux coller au découpage régional et aux caractéristiques agro-écologiques des régions. Aussi, quatre nouveaux offices seront-ils créés au Sud, au Moyen Atlas, dans la région du Saïs et du Rif.Selon le département de l'Agriculture, la réforme des CT permettra d'améliorer la gestion des ressources humaines, de réduire les coûts globaux de gestion et d'assurer une meilleure gouvernance. Elle permettra aussi de réduire les conflits résultants de l'enchevêtrement des missions entre les CT, les DPA et les ORMVA, en matière de développement agricole et rural. Quant à la gestion de l'irrigation assurée jusque-là par les ORMVA, elle sera concédée (voir encadré). Ce qui permettra de pérenniser les investissements réalisés dans les périmètres irrigués et l'implication du secteur privé, des collectivités locales et des associations. Par ailleurs, ce schéma de réorganisation sera accompagné de différentes mesures. Il s'agit de la révision des procédures de programmation et d'exécution budgétaires, de la mise en place d'un schéma directeur et de plans régionaux de ressources humaines ainsi que d'un schéma directeur informatique.


Partenariat public/privé

L'activité des Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA) est centrée sur la gestion des réseaux d'irrigation. Le diagnostic établi par le département de l'Agriculture sur ces organismes relève l'absence de visibilité du rôle des ORMVA sur le moyen et le long termes. De même, en raison de la faiblesse des tarifs et du taux de recouvrement, les recettes que les Offices drainent sont jugées insuffisantes. “De plus, elles ne sont pas totalement allouées aux services de gestion et de l'entretien. Elles financent les charges des autres missions de service de l'eau”, est-il indiqué. Et donc le montage institutionnel actuel n'assure pas la pérennisation des périmètres et des équipements, estime le ministère. C'est la raison pour laquelle il veut opter pour le développement des modèles de réalisation et de gestion fondés sur un partenariat public/privé.Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc