×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Renault présente son plan de relance 2007-2009

Par L'Economiste | Edition N°:2211 Le 10/02/2006 | Partager

. Le constructeur français lancerait 26 modèles Le PDG de Renault, Carlos Ghosn, a assuré jeudi 9 février qu’il voulait faire du groupe «le constructeur généraliste européen le plus rentable», dans le cadre d’un plan intitulé «Renault contrat 2009». Carlos Ghosn, arrivé il y a neuf mois à la tête du constructeur français après avoir redressé Nissan, a annoncé lors d’une conférence de presse que Renault lancerait 26 modèles d’ici 2009. «Renault n’est pas en crise mais reste fragile. Cette fragilité peut conduire à une situation dangereuse et donc inacceptable», a affirmé Ghosn. Par ailleurs, le PDG a assuré que le constructeur n’avait «pas pour l’instant de projet de réduction d’effectifs», mais qu’il allait «contenir leur évolution». «Il n’y a pas pour l’instant de plan ou de projet de réduction des effectifs» parce que «nous prévoyons une croissance», a dit Ghosn lors de la présentation de son plan de relance 2007-2009. «Par contre, il ne faut pas croire qu’ils vont évoluer en fonction de cette croissance, c’est-à-dire que nous allons contenir l’évolution des effectifs de façon à permettre l’augmentation de productivité au sein de l’entreprise», a-t-il ajouté. Il a en outre indiqué que Renault n’avait pas encore décidé s’il resterait en Formule 1 après 2007. «Tant que c’est un bon investissement pour Renault, nous restons. Pour l’instant, c’est un bon investissement. On regardera année après année: 2007, puis 2008, puis 2009», a-t-il déclaré. Renault a dégagé en 2005 un bénéfice net record de 3,367 milliards d’euros, en hausse de 18,7% comparé aux 2,836 milliards de 2004, mais a accusé un recul de 37,4% de son bénéfice opérationnel à 1,323 milliard d’euros, a précisé Carlos Ghosn. Le résultat net comprend une forte contribution du groupe japonais Nissan (2,275 milliards d’euros), dont il détient 44,4% du capital. Renault a enregistré une croissance de 1,7% de ses ventes mondiales en 2005 à 2,53 millions de véhicules, mais le marché européen a fléchi. Pour 2006, Ghosn s’attend à un marché automobile en légère baisse en Europe et en progression dans les autres principaux pays où il est implanté. Renault est le deuxième constructeur français derrière PSA Peugeot Citroën. Il détient plus d’un quart du marché automobile en France et près de 10% en Europe.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc