×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:45 Le 17/09/1992 | Partager

    La France et la corruption

    Beaucoup de pays observeront la lutte de la France contre la corruption, surtout ceux qui ont adopté le système bureaucratique avec ses failles et ses tentations. Ceux qui ont hérité du mal observeront les remèdes. Pour que la "moralisation de la vie publique" devienne une priorité, il faut d'ailleurs que la corruption se soit développée, et s'il y a des élus qui se vendent, c'est qu'il y a des entreprises pour les acheter, dit-on en France.

    Un représentant du Ministère de la concurrence siégera dans toutes les commissions. Transparence et concurrence sont renforcées. Au niveau local, l'attribution des marchés et des concessions (fourniture d'eau, enlèvement des ordures...) sera ouverte aux étrangers qui n'hésiteront pas à dénoncer les abus. Des communes favorisent les entreprises "généreuses" en les associant à la définition des marchés.

    L'immobilier est devenu le grand spécialiste français des fausses factures. Résultat, des fonds occultes enrichissent les élus locaux et les partis politiques, y compris le Parti Socialiste. Le procédé est classique: les entreprises facturent des services et travaux fictifs, ou les sur facturent. Les fonds reçus des communes sont versés à des "sociétés taxis", puis aux élus.

    L'implantation des grandes surfaces sur une commune se monnaye lourdement. Reste la publicité et ses traditionnels "pots-de-vin". Les supports sont contraints à concéder des rabais, qui ne sont pas comptabilisés par les agences, qui assurent l'intermédiation annonceurs-supports. Désormais, le support devra facturer directement l'annonceur, ou lui envoyer une copie de ce qui est facturé à l'agence. Les agences de publicité ne recevraient rémunération que pour leur travail de création.

    L'important, c'est la griffe

    Le canulard qui frappe les milieux littéraires français, rappelle l'importance du label tant en matière artistique que commerciale. Marguerite Duras était une "valeur" sûre, et sa notoriété a été renforcée par l'adaptation de son fameux livre, I'Amant, au cinéma. Un apprenti-écrivain s'est surnommé Guillaume P. Jacquet, et s'est emparé d'un vieux livre de Marguerite Duras "Tarquinia, des journées entières", régulièrement réimprimé et déposé dans les bibliothèques, dont les plus belles appartiennent à ceux qui ne lisent pas. Il a dactylographié le texte, l'a réintitulé M. "Margot et l'important". Autrement dit il a dégriffé le livre, avant de l'adresser aux 3 éditeurs de l'auteur, Gallimard, Pol, Editions de Minuit. Ceux-ci ont rejeté le livre, qu'ils auraient publié sous le label Duras, dont tous les critiques disent reconnaître la moindre phrase, le style particulier. Tout comme des acheteurs, des consommateurs "reconnaissent" la qualité d'un costume parisien, d'une denrée raffinée, d'un parfum de luxe. Une leçon d'humilité à ceux qui croient à la particularité ou l'unicité de leurs oeuvres, de leurs produits.

    Le dernier des Mao

    Il y a 20 ans, Abimaël Guzman aurait été un héros pour la jeunesse mondiale, en proie à tous les gauchismes. Son arrestation par les autorités péruviennes aurait provoqué de grandes manifestations en Europe. Le chef des guérilleros péruviens du Sentier Lumineux, arrêté, aurait figuré sur les posters des chambres d'étudiants aux côtés de Fidel Castro, de Ché ou de son inspirateur, Mao-Tse-Toung.

    L'indifférence internationale contraste avec l'inquiétude du régime péruvien, qui craint une recrudescence d'opérations suicide. Le mouvement du Sentier Lumineux décapité a déjà provoqué la mort de 25.000 personnes en 10 ans. Guzman, âgé de 60 ans, a déclaré la guerre totale au gouvernement de Lima, "l'encerclement des villes par les campagnes", et le "feu purificateur". Son armée des ombres, qui compte 3 à 5.000 permanents, peut mobiliser jusqu'à 60.000 hommes. Elle a infiltré les forces de l'ordre. La célèbre subversion d'Amérique latine survit au communisme qui l'avait créée et entretenue.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc