×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:117 Le 17/02/1994 | Partager

    Ramadan et son temps

    RAMADAN aura beau reculer dans le temps, de 13 jours par an, et redevenir hivernal, les habitudes persistent. Tout se réorganise pour meubler, ou lutter contre le temps, attendre les repas.

    Il y a ceux qui "amènent" le f'tour par la lecture ou le jogging qu'ils ne font pas le reste de l'année. Il y a ceux qui amènent le s'hour par les cartes ou la flânerie dans les rues. Le commerce des loisirs trouve un nouveau souffle. Les TV s'alignent avec musique andalouse et feuilletons égyptiens pour assoupir un peu plus les familles après les soupes et les gâteaux au miel. Mais cette année on ne sourira plus à pareille heure. C ' est la seule rupture.

    Elle vient de Abderraouf et autres comiques, qui désertent, après des années, le petit écran à pareille heure au profit des théâtres qui renaissent. Les hôtels et les cafés réaménagés en lieux de spectacle attendent encore une foule, qui ne sort pas trop encore, retenue à domicile par le froid et le mauvais temps.

    Pas de pardon pour Rushdie

    L'affaire Salman Rushdie n'est pas classée 5 ans après. John Major vient de rappeler que "la fatwa" de Khomeini empêche encore l'Iran d'avoir des relations normales avec l'Europe. C'est le 14 février 1989 que l'auteur des versets sataniques était condamné à mort, avec 2,5 millions de Livres de prime pour le tueur. Depuis, cette date est devenue un anniversaire. Mais l'Iran persiste: la sentence est irrévocable. Rushdie vit sous la garde de Scotland Yard et il a changé 50 fois de domicile. Les écrivains du monde se sont solidarisés avec lui, créant leur "parlement" et un "conseil mondial" dont ils lui ont confié la présidence. "L'esprit créateur, dans sa vraie nature, n'a ni limites, ni frontières, rejette l'autorité des censeurs et des tabous". D'autres plumitifs "dangereux" ont, depuis, été abattus en Algérie. Ailleurs, une Bengalie de 31 ans est en phase de devenir une célébrité. Taslima Narin a dénoncé dans "La honte" les représailles sanglantes de fanatiques sur une minorité hindoue. Elle fait aussi l'objet d'une fatwa de mort.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc