×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

RAM étoffe son réseau africain

Par L'Economiste | Edition N°:2344 Le 22/08/2006 | Partager

. 51% du capital d’Air Mauritanie. Un cumul de dette de 300 millions de DHLa volonté de Royal Air Maroc (RAM) de développer sa présence dans le continent africain est désormais confirmée. Le transporteur marocain a fait savoir son intention d’acquérir 51% du capital d’Air Mauritanie. Une décision qui a été prise lors d’une réunion, le 18 août, entre Driss Benhima, président-directeur général de RAM, et Yahya Ould Ahmed El Waghf, directeur général d’Air Mauritanie, en présence du Premier ministre, Driss Jettou, et du ministre mauritanien de l’Equipement et des Transports, Ba Ibrahima Demba. Le ministre délégué auprès du Premier ministre, Rachid Talbi Alami, et son homologue mauritanien, Cheykh Ould Ely, ont aussi participé à cette rencontre.Les conditions de prise de participation seront définies lors de la mission qu’envisage d’entreprendre RAM à Nouakchott le 1er septembre. A la différence d’Air Sénégal International, créée par Royal Air Maroc sous forme de prise de contrôle à hauteur de 51%, devenue depuis l’objet de toutes les convoitises tant son succès est phénoménal, Air Mauritanie est une compagnie existante, avec 2 Boeing 737-700 et du personnel. C’est pourquoi, à la direction de Royal Air Maroc on parle de procédure d’adaptation, consistant en un passage en revue de la question sécuritaire des appareils hérités et des méthodes de fonctionnement. D’ailleurs, avant la prise effective de participation, contrairement à ce qui s’est passé pour Air Sénégal et Air Gabon plus récemment encore, Royal Air Maroc procédera à une analyse exhaustive du passif et de l’actif de la compagnie pour son évaluation équitable et la mise en place d’un plan social devant sauver le maximum de salariés. De sources proches de la direction de RAM, la particularité d’Air Mauritanie nécessitera une petite phase de prise en gestion. Une sorte de feuille de route devant aboutir, dans le courant du mois de septembre prochain, à la prise de contrôle de 51% du capital d’Air Mauritanie. La future compagnie aura 20 ans de droit de trafic de monopole sur les aéroports mauritaniens. Une façon de rassurer les bailleurs de fonds quant à la garantie de rentabilité de ce genre de monopole sur une durée relativement plus longue que par le passé. Chez Royal Air Maroc, un bémol, on redoute que les mêmes conséquences du succès d’Air Sénégal International se reproduisent pour cette opération et n’attirent trop rapidement la concurrence sur les aéroports mauritaniens. Rappelons que RAM était en compétition avec Tunis Air et Air France pour la reprise d’Air Mauritanie. A l’instar d’Air Gabon (avant la prise de participation de RAM), la compagnie mauritanienne affiche une santé moribonde et cumule une dette de 300 millions de DH. Le transporteur mauritanien, qui dessert actuellement une dizaine de destinations (dont Paris, Casablanca et Las Palmas) n’en est pas à son premier essai d’association puisqu’il avait déjà cédé 32% de son capital à Air Afrique. La liquidation de celle-ci, en 2000, l’a contraint à tenter une nouvelle ouverture.Quant à la compagnie nationale, qui affichait un chiffre d’affaires de 8,44 milliards de DH en 2005, en progression de 9% par rapport à 2004, elle est assurément en train de conquérir une part importante du trafic sud-nord. Sa stratégie: miser sur le développement du trafic à partir du hub de Casablanca vers les destinations africaines les plus importantes et devenir ainsi une plaque tournante pour le transport aérien de l’Afrique vers l’Europe, le Maghreb, le Moyen-Orient et l’Amérique du Nord. Le transporteur national est sur le point de gagner son pari, puisque les fréquences de vol vers le continent noir sont de 70, et que le trafic a connu une augmentation de l’ordre de 140%. Les responsables misent sur une nette amélioration de ce score pour les années à venir (cf.www.leconomiste.com). Le nombre de passagers en transit dans la métropole a, quant à lui, augmenté de 25% en 2005 et l’on s’attend à une croissance de 40% pour l’année en cours. RAM ne compte pas s’arrêter à si bon chemin, elle envisage d’accroître son développement sur le continent en augmentant son offre en sièges de 67% par rapport à l’été 2005. Son appétit s’aiguise puisque d’autres compagnies africaines sont visées. On parle même d’une importante participation dans la compagnie, qui pourrait voir le jour suite à un partenariat avec les Etats de la communauté économique et monétaire d’Afrique centrale, Air Cémac.


RAM prolonge ses ramifications en Afrique

Royal Air Maroc renforce sa position de transporteur africain. Elle a mis en place un programme de fréquences améliorées tout en créant de nouvelles dessertes pour répondre à la demande, de plus en plus pressante, de ses clients. Ainsi, la fréquence quotidienne Casablanca-Dakar a été doublée en code-share avec Air Sénégal International (14 vols/semaine). Ram assure aussi 7 vols respectifs/semaine vers Abidjan et Tunis, 6 vols/semaine sur Bamako, 5 vols/semaine sur Nouakchott, 4 vols/semaine pour Conakry et 4 pour Alger, 3 vols/semaine respectivement vers Libreville, Douala, Ouagadougou, Lomé et Cotonou, 2 vols respectifs /semaine pour Niamey, Oran et Tripoli. La compagnie nationale et sa filiale touristique, Atlas Blue, auront ainsi transporté en 2005 sur leurs lignes régulières plus de 4,465 millions de passagers, soit une progression de plus de 20% par rapport à l’exercice précédent.AB/BT

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc