×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Rabat/CHU Ibn Sina: Nouvelle politique de gouvernance

    Par L'Economiste | Edition N°:2874 Le 06/10/2008 | Partager

    . Externalisation de la gestion des rendez-vous de consultation. 20 millions de DH pour l’acquisition de deux scanners de dernière génération en 2009UN effet d’entraînement pour les autres CHU du Royaume? En tout cas, le conseil d’administration tenu par le centre hospitalier universitaire Ibn Sina (CHIS), sous la présidence de la ministre de la Santé, Yasmina Baddou, a été des plus studieux. Au menu, la communication avec les usagers. Il s’agit d’une petite révolution puisque cela consistera en la mise en place d’un dispositif de communication et de gestion des rendez-vous des consultations par téléphone, géré en mode externalisé accessible aux usagers. Sont également concernés par le nouveau programme d’amélioration, la maternité Souissi et l’hôpital d’oncologie My Abdallah, la formation médicale, le renforcement du plateau technique, la promotion de la recherche.Concernant les services des urgences, le programme d’amélioration sera axé principalement sur l’amélioration des conditions d’accueil et la réhabilitation du cadre physique ainsi que sur la réorganisation fonctionnelle de ces services. Le conseil d’administration a approuvé le projet d’acquisition, en 2009, de deux scanners de dernière génération pour un montant global de 20 millions de DH, avec le soutien financier des ministères de la Santé et des Finances. Les responsables du CHIS annoncent l’ouverture effective, dans quelques semaines, du nouveau bloc opératoire central après une réhabilitation lourde qui aura duré 30 mois.Autre résolution prise par le dernier CA du CHIS, l’approbation du projet de code des marchés publics spécifiques aux CHU destiné à doter ces derniers d’une règlementation d’achats publics assouplie, qui tienne compte des spécificités hospitalières, sans sacrifier aux principes de transparence et de mise en concurrence des fournisseurs.Par ailleurs, la promotion de la recherche en milieu hospitalier a pris une part importante dans les débats. Pour pérenniser la production clinique jugée remarquable et encourager la recherche & développement, il a été décidé de soutenir les efforts des chercheurs en partenariat avec la faculté de médecine et Pharmacie et la faculté de médecine dentaire.


    En attendant le Ramed

    AU cours du conseil d’administration, les débats se sont focalisés sur les projets structurants en rapport avec la réforme de la gouvernance du centre hospitalier Ibn Sina, la diversification de l’offre de soins et la modernisation des infrastructures hospitalo-universitaires et des outils de management des dix établissements hospitaliers relevant du CHIS.Ainsi, le ministère de la Santé envisage d’alléger la charge financière des frais de soins en faveur des malades démunis. Pour cela, il compte réduire le montant de leur contribution aux examens les plus coûteux, notamment l’IRM, le scanner et les angiographies. De plus, une compensation est prévue par le ministère de la Santé pour sauvegarder l’équilibre financier des établissements, en attendant la généralisation du Ramed.H. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc