×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Procès attentats: Une «peine exemplaire« pour Omari

Par L'Economiste | Edition N°:1580 Le 12/08/2003 | Partager

. «Le repentir ne peut lui être appliqué«, estime le Parquet. «Lehnech complice «doit être jugé au même titre que l'auteur principal«Le premier réquisitoire dans la série de procès post-16 mai est sévère à l'image des actes terroristes perpétrés à Casablanca. Le représentant du ministère public, Kraïn Saoudi, n'a pas lâché le mot. Il a conclu son réquisitoire en demandant «des peines exemplaires pour châtier les crimes sataniques commis au Maroc«. «La peine de mort«, se sont empressés de dire des avocats aux familles des prévenus. Ce premier réquisitoire a concerné, hier lundi 11 août 2003, le trio des kamikazes respectivement rescapé-repenti-réserviste, Mohamed El Omari, Rachid Jalil et Yassine Lehnech. Durant près de deux heures, Saoudi est revenu sur les faits reprochés aux prévenus. «Omari a été empêché d'aller au bout de son acte à cause de l'explosion prématurée de ses acolytes, due à l'intervention des employés de la sécurité (…) Il en est de même pour Rachid Jalil, qui a été intimidé par le souffle de la déflagration à l'Alliance juive«, s'est écrié le représentant du ministère public. Il expliquait ainsi à la Cour que le repentir, qui constitue une cause de circonstances atténuantes, ne peut s'appliquer. «Ils n'ont pas renoncé à leurs actes, ils ont été empêchés de les commettre«, a argumenté Saoudi. La deuxième thèse que le responsable tenait à détruire dans son réquisitoire, concerne les «allégations des prévenus qui ont déclaré devant la Cour avoir agi sous l'emprise de la violence et la menace de Boulyaqdane et Mhani, tous deux morts à l'hôtel Farah et à l'Alliance juive«. «Omari était libre de ses mouvements durant les deux jours qui ont précédé les attentats. Il sortait de chez lui, où les kamikazes avaient trouvé refuge, pour acheter des sandwichs pour le groupe et même des médicaments pour Boulyaqdane (…) De même, des documents portant des indications sur la formule des explosifs et des bombes ont été trouvés chez-lui«, a expliqué Saoudi. Quant à Jalil, «c'est un expert en arts martiaux, comment imaginer un seul instant qu'il puisse avoir été contraint?«Des trois prévenus du groupe, Yassine Lehnech semble avoir la position de défense la plus favorable concernant les faits. Cependant, en droit, «sa complicité et son activisme dans le recrutement d'éléments en font le complice d'un crime que la loi sanctionne au même titre que l'auteur principal«, a avancé le représentant du ministère public. La peine de mort requise, le parquet laissait hier place à la défense des prévenus. Sans conviction, par ailleurs: «La perpétuité serait une peine clémente«, dira l'un d'eux.


Différend PJ/BNPJ

Le moins que l'on puisse dire est que les relations sont tendues entre la Police judiciaire de Casablanca et la BNPJ qui a compétence nationale. Au centre de cette guerre se trouve le fameux Abdelhak Bentassir, dit Moul Sebbat, mort officiellement «des suites d'une maladie du cœur et du foie«. Ce dernier ne serait pas «l'émir national des intégristes comme l'avait avancé la PJ«. La BNPJ aurait actuellement «la certitude que Moul Sebbat est un sous-émir dont la mort camoufle la hiérarchie fanatique«. La BNPJ serait actuellement sur la trace de «l'émir national qui commandait Moul Sebbat«. Un rapport peu éloquent envers la PJ aurait été envoyé au ministère de l'Intérieur. Les causes de la mort ne sont pas remises en question, mais des prévenus, durant l'audience d'hier 11 août, ont indiqué, de leur isoloir en verre, avec des gestes, avoir été témoins de la mort de Moul Sebbat à Casablanca, sous la torture. Adil HMAITY

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc