×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: La Libye vend ses gisements

Par L'Economiste | Edition N°:1848 Le 07/09/2004 | Partager

. Une vingtaine de compagnies intéresséesPrincipale production et principal produit d’exportation libyen, le pétrole est au cœur de l’ouverture économique de la «Nouvelles Libye», qui entend associer le maximum de compagnies internationales à son exploitation. La Libye, qui veut rendre plus transparents ses rapports avec les compagnies pétrolières, a mis pour la première fois aux enchères une quinzaine de zones d’exploration.Une première présentation des offres à une vingtaine de compagnies intéressées a eu lieu dimanche dernier à Tripoli. Elle sera suivie d’une seconde à Londres dans la première quinzaine du mois de septembre. Le résultat des enchères devrait être proclamé en janvier 2005.Les compagnies américaines sont sur les rangs, mais elles ne sont pas les seules. Les groupes pétroliers français, italiens et espagnols (Total, Agip et Repsol), et canadiens, ne veulent pas laisser passer l’occasion de se renforcer dans l’exploration du sous-sol libyen.La Libye a pour ambition de doubler sa production pour atteindre 3 millions de barils par jour en 2010, selon son Premier ministre Choukri Ghanem, économiste formé aux Etats-Unis, ancien ministre du pétrole. Il a pour principale mission de rouvrir le pays aux investisseurs étrangers après vingt ans de mise en quarantaine internationale.La Libye veut par ailleurs développer ses gisements de gaz, dont les réserves prouvées sont estimées à 54.000 milliards pieds cubes.Le plus grand projet gazier au monde, le Wertern Libyan Gas Project (société commune à parité entre l’italien AGIP-ENI et NOC), est actuellement en cours d’achèvement, pour un investissement de 6 milliards de dollars. Il prévoit, à partir de 20O5, l’exportation de 10 milliards de M3 de gaz par an au sud de l’Europe, à travers le détroit de Sicile, par un gazoduc auquel l’opérateur public français Gaz de France est associé.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc