×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

OGM: Le maïs Bt produit une toxine dangereuse

Par L'Economiste | Edition N°:668 Le 27/12/1999 | Partager



· Présente au niveau des racines sous forme d'exsudats, la toxine tue plusieurs populations d'insecte sans distinction
· Elle est également décelable au niveau du feuillage et du pollen

Le maïs transgénique Bt, largement utilisé aux Etats-Unis, dirige son arme sans distinction contre tous ceux qui viennent se frotter à ses racines. Initialement conçu pour produire une toxine qui devrait théoriquement le défendre contre les chenilles nuisibles, le maïs Bt a commencé à tuer d'autre types d'insectes. De plus, les propriétés de cette substance, présente au niveau des racines, du feuillage et du pollen, persistent dans les sols pendant au moins deux cent trente quatre jours. Cela vient sans doute du fait qu'elle se lie très rapidement et fermement avec les argiles et les acides responsables de la putréfaction présents dans les sols.
Le chercheur, Deepak Saxena de l'Université de New York et ses collègues de Caracas (Venezuela) se sont penchés sur la présence de cette toxine insecticide. Produite dans la nature par la bactérie Bacillus thuringiensis sous forme de précurseur, dans le maïs transgénique, le gène cry1Ab tronqué puis inséré au niveau du génome de la plante code pour la substance directement active avec des répercussions dont nul n'a encore mesuré l'ampleur.
En laboratoire, les chercheurs ont observé la mort de chenilles des papillons monarques (Danaus plexippus) nourris au lait d'Asclépias curasavica. Cette plante des champs avait été artificiellement contaminée avec du pollen de maïs Bt. Autre exemple, celui de l'Ostrinia nubilalis qui est naturellement un insecte ténébrant. Elevé en laboratoire sur du maïs Bt, il devient un poison pour son prédateur l'hémérobe vert ou Chrisoperla carnea. Toujours lors de ces expériences, les chercheurs ont observé la persistance de l'activité insecticide d'échantillons de racines de semis de maïs Bt transplantés dans des sols stériles ou non, durant plus de vingt-cinq jours.
Dans les champs de maïs Bt, à la quantité de toxine libérée dans les sols s'ajoute celle issue du pollen introduite lors de la floraison des épis et celle résultant des résidus de plantes après les récoltes. Jusqu'à présent, il n'y a pas d'indication des conséquences de cette accumulation sur les communautés souterraines. Mais les chercheurs, qui affirment que des études supplémentaires sont nécessaires pour en comprendre précisément les conséquences, s'interrogent surtout sur ce qui risque de se passer au-dessus du sol. Pour eux, soit la toxine sera un bon moyen de contrôle des insectes nuisibles, soit ces derniers développeront des résistances. Par ailleurs, les insectes, qui n'en sont pas la cible mais qui ont des récepteurs de l'insecticide, risquent également d'en faire les frais.
A noter que le maïs Bt représente, par exemple, près de 20% du maïs américain. Plus de 1,5 million d'hectares de cet organisme génétiquement modifié ont été plantés l'année dernière aux Etats-Unis.

Abdelaziz MEFTAH (Cyberscience)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc