×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Justice

Magistrat: La formation une arme anti-corruption?

Par L'Economiste | Edition N°:3493 Le 24/03/2011 | Partager
Les valeurs judiciaires entrent à l’Institut supérieur de la magistrature
Reste à leur donner corps dans la pratique quotidienne

Les jeunes magistrats de l’Institut supérieur de la magistrature vont bénéficier d’une nouvelle formation qui touche le domaine de la déontologie. Une valeur très recherchée dans une période où la moralisation de la vie publique est de plus en plus sollicitée (Ph. Bziouat)

LE cursus de l’Institut supérieur de la magistrature (ISM) s’enrichit par une nouvelle matière. Il s’agit des «valeurs judiciaires» dont le coup d’envoi a été donné hier au siège de l’ISM à Rabat, par le ministre de la Justice, Mohammed Taieb Naciri. Les auxiliaires de la justice qui suivent leur formation au sein de l’ISM vont bénéficier de cette formation qui leur permettra d’acquérir les principes de base de la déontologie du métier et aussi d’étudier et de discuter l’ensemble des questions relatives à la moralisation de la justice. Selon lui, «cette initiative revêt un caractère important. La déontologie dans le secteur de la justice joue un rôle primordial dans la consolidation de l’Etat de droit. C’est avec l’établissement des valeurs judiciaires dans ce domaine que le juge pourra accomplir sa mission dans une société démocratique et moderne». Ainsi, l’enseignement de cette matière sera concentré sur l’étude d’un ensemble de principes et valeurs qui sont considérés comme les fondements de la justice moderne et qui se concrétisent par l’indépendance, l’impartialité et l’intégrité de la justice. En outre, les enseignants doivent rappeler aux jeunes magistrats la nécessité d’adopter un comportement conforme à la déontologie du métier. Méthodologiquement, la démarche de la formation se focalisera sur une approche participative pour trouver des solutions adéquates aux situations de corruption auxquelles ils seront confrontés. Le ministre de la Justice a profité de cette occasion pour annoncer que l’ISM a élaboré en partenariat avec l’amicale des fonctionnaires du ministère et l’association américaine des avocats un programme pour la formation des greffiers. Il vise à les sensibiliser à la déontologie de leur métier. Mohammed Said Bennani, DG de l’ISM, est dans la même logique. Pour lui, les valeurs judiciaires doivent accompagner le juge même dans sa vie privée. L’idée est de l’immuniser contre les tentations qui peuvent mettre en cause sa réputation ou la notoriété de l’institution judiciaire. Par ailleurs, il a affirmé que la responsabilité morale des juges se trouve au cœur des débats actuels de l’ensemble des démocraties du monde. L’intégration du Royaume dans cette voie, à travers l’adoption du code des valeurs judiciaires, montre la conviction des juges marocains de la nécessité du respect de la déontologie du métier. Selon lui, les principes des valeurs judiciaires contribuent à la réforme de l’appareil judiciaire.
S. Be.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc