×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    L'ONCF est sorti du rouge

    Par L'Economiste | Edition N°:446 Le 18/02/1999 | Partager

    L'Office prévoit d'améliorer son résultat net de 21 millions de DH en 1998. Il annonce également qu'il est totalement en phase avec ses fournisseurs tout en dégageant les ressources suffisantes pour poursuivre son programme d'investissements 1996-2000.


    L'Office National des Chemins de Fer (ONCF) semble définitivement sorti d'affaire. Le plan d'ajustement structurel donne des résultats très probants. "Le résultat net probable à fin 1998 devrait afficher une amélioration de 21 millions de DH par rapport à 1997", précise le communiqué de l'ONCF qui fait suite au Conseil d'Administration qui s'est tenu le 15 février après deux reports successifs. Ce sera donc en définitive trois années consécutives où l'Office affiche un résultat courant excédentaire et après des années de déficits chroniques.
    Le trafic global en 1998 a atteint 6,7 milliards d'unités kilométriques contre 6,6 milliards l'année précédente. Les produits d'exploitation y afférents qui ne sont rien d'autre que le chiffre d'affaires sont en hausse. Ils s'établissent à 1,911 milliard de DH contre 1,63 milliard en 1997. L'Office a en 1998 transporté 11,8 millions de voyageurs, 4 millions de tonnes de marchandises diverses, 20,9 millions de tonnes de phosphates et 3,4 millions de tonnes de produits liés aux industries chimiques.
    Avec cela, l'ONCF annonce fièrement qu'il n'a plus aucun "arriéré de paiement et règle à bonne date ses fournisseurs, sa dette envers le Trésor ainsi que ses bailleurs de fonds". Longtemps mauvais payeur, l'Office s'est employé à redorer son image de marque ces dernières années. Il s'est acquitté déjà en 1996 d'une bonne partie de ses dettes échues. A fin 1997, il n'avait plus à son passif que 1,7 milliard de DH d'arriérés qui en toute vraisemblance ont dû être réglées en 1998 compte tenu de l'annonce triomphale qui a été effectuée.

    Près de 12 millions de voyageurs pour 1999


    Sa politique de redressement a donné ses fruits. Un grand nombre de trains qui circulaient à vide ont été purement et simplement supprimés ces dernières années.
    Au niveau des investissements, le fameux programme lancé en 1996 devrait s'achever l'année prochaine. Il totalise sur toute cette période 5,2 milliards de DH. En 1998, ce sont un peu moins de 1,2 milliard de DH qui ont été investis dans le cadre de ce programme. La plus grosse part est allée aux installations fixes avec environ 846 millions de DH. Le matériel roulant arrive en seconde position avec 226 millions de DH.
    Concernant les investissements durant 1999, les projets s'inscrivent dans le programme (Cf ci-contre). Ils visent essentiellement les grands ouvrages comme l'achèvement de la signalisation dans les gares suite au doublement de la voie entre Kénitra et Sidi Slimane et la poursuite des travaux du doublement de la voie entre Sidi Kacem et Meknès. A côté de cela, il est prévu notamment l'acquisition de 9 locomotives électriques et divers wagons.
    Pour 1999, l'ONCF table sur des produits d'exploitation toujours en hausse. Les prévisions sont de 1,946 milliard de DH en augmentation de 1,8%, tandis que les charges d'exploitation, elles, atteindront 1,7 milliard de DH.
    Pour cela, cette année l'Office prévoit d'atteindre 12 millions de voyageurs, 4,1 millions de tonnes de marchandises diverses, 21,8 millions de tonnes de phosphates et 3,6 millions de tonnes de produits liés aux industries chimiques.
    Ces investissements atteindront durant cette année un montant de 1,94 milliard de DH, la plus grosse part revenant toujours aux installations fixes.

    Fatima MOSSADEQ



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc