×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    L'OFPPT sur le créneau des techniciens supérieurs

    Par L'Economiste | Edition N°:191 Le 03/08/1995 | Partager

    Les instituts de formation professionnelle sortent leurs premières promotions de techniciens spécialisés. Ces instituts veulent accompagner l'évolution des besoins de l'entreprise qui cherche à se renforcer en cadres moyens de haut niveau.


    La première promotion de techniciens spécialisés vient de sortir des centres de formation professionnelle. Déjà, "près de 65% des lauréats sont embauchés ou ont des promesses d'embauche", note fièrement M. Mohamed Alaoui, directeur de l'Institut Supérieur de Gestion Informatique (ISGI) qui relève de l'OFPPT.
    A travers le lancement de cette nouvelle formation étalée sur deux ans et destinée aux bacheliers âgés de moins de 23 ans, l'Ofppt entend répondre à un besoin en cadres moyens des entreprises. "Le nombre de titulaires de BTS et DUT formés à l'étranger est devenu insuffisant pour répondre à ce besoin", indique M. Alaoui.

    Par rapport aux IST (Instituts Supérieurs de Téchnologie) relevant du système universitaire , les centres de l'Ofppt se veulent plus pratiques. Tout en préservant sa finalité professionnelle, l'Ofppt entend opérer avec un dispositif flexible. Des études sectorielles et régionales ont démontré que l'entreprise cherche des niveaux de plus en plus élevés pour les techniciens. Cette tendance est apparue avec l'internationalisation du commerce et le développement des hautes technologies. Les entreprises se sont rendu compte que la compétitivité passe par l'amélioration du niveau d'encadrement. C'est l'une des raisons qui ont conduit l'Office à créer des profils dans ce créneau. "Nous n'hésitons pas à investir dans les créneaux porteurs", rappelle M. Alaoui. D'ailleurs, l'Ofppt envisage de créer au niveau de l'ESIT (Ecole Supérieure des Industries du Textile) une formation d'ingénieurs étalée sur 4 ans destinée aux bacheliers. "Ce n'est pas notre vocation, mais nous sommes prêts à relever le challenge quand il s'agit d'accompagner le développement économique", confie le directeur de l'ISGI.

    Plus de 2.000 candidats pour 120 places

    Parmi les instituts qui opèrent dans la formation de techniciens spécialisés figure l'ISGI qui est un centre-pilote dans le secteur du tertiaire. Cet institut prend en charge l'élaboration des programmes en étroite collaboration avec les entreprises, la formation des formateurs avec le concours d'experts internationaux(1) ...
    De plus, l'ISGI assure la formation initiale dans 4 filières: système d'Information (option environnement AS 400 et option environnement Unix), gestion d'entreprise (options finances comptabilité et Marketing), commerce (options commerce international et action commerciale) et l'assistanat de direction. Deux autres filières, gestion des ressources humaines et réseaux télécoms, seront lancées à partir de l'année 96/97.
    La capacité d'accueil de cet institut est de 260 places dont 120 pour chaque année d'étude et 20 pour la formation continue. "Pour cette année, plus de 2.000 bacheliers ont déposé leur candidature pour 120 places disponibles", affirme M. Alaoui. Plus de 60% de ces candidats disposent d'un bac récent et ont opté volontairement pour la formation professionnelle. "Ceci explique l'intérêt accordé à la formation professionnelle devenue aujourd'hui un choix prioritaire plutôt qu'un dernier recours".

    Alternance qualifiante

    Les candidats retenus reçoivent une formation avec des méthodes pédagogiques particulières. Les stagiaires suivent une formation modulaire intégrée qui fait abstraction des notions de classe, d'emploi du temps, de découpage du programme par matière....
    Le stagiaire n'est pas souvent assisté et doit fournir un effort individuel. Ceci développe chez lui l'esprit d'initiative, de recherche et d'autonomie.
    En outre, les instituts de formation de techniciens spécialisés dépassent le cadre classique de la formation alternée et optent pour l'alternance qualifiante. Le stagiaire apprend une partie technologique et passe par une application simulée, comme s'il était dans l'entreprise, mais au sein de l'établissement. Le stage vient en dernier lieu pour faire une application en situation réelle. Ceci lui facilite l'insertion, vu son opérabilité dès ses premiers jours dans l'entreprise.
    Par ailleurs, l'institut oeuvre en vue d'impliquer au maximum les professionnels dans l'élaboration et la conception des programmes. De plus, ces professionnels participent à la validation des examens et à la sanction des diplômes. Dans le but de renforcer ce partenariat, il est prévu de mettre en place à partir de septembre prochain un comité professionnel de suivi. Ce comité aura pour rôle la cogestion de l'institut sur les plans technique, administratif et pédagogique.

    Hicham RAÏQ.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc