×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Les villes nouvelles servent de pilotes

Par L'Economiste | Edition N°:3501 Le 05/04/2011 | Partager
Chrafate et Lakhyayta pour commencer
Un portefeuille de 5.000 à 10.000 logements identifié

Teste grandeur nature. L’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE) a lancé une étude d’impact énergétique sur les villes nouvelles de Chrafate (Tanger) et Lakhyayta (Casablanca). La technique porte d’abord sur l’analyse prévisionnelle des besoins du projet en énergie et en eau. Ces besoins sont calculés sur la base d’une étude du plan d’aménagement qui tient compte des aspects urbanistiques, volumétriques et la hauteur des bâtiments. Il y a ensuite l’analyse d’impact de l’énergie solaire et du vent sur les bâtiments. Cette analyse renseigne sur la régulation de l’apport énergétique solaire, du flux des vents. A partir de là, l’accent est mis sur l’amélioration des parois, des planchers et des façades pour l’isolation et l’inertie thermique.
Puis c’est le volet production d’eau chaude (sanitaire) et climatisation par systèmes solaires qui prévoit l’intégration du photovoltaïque au niveau des façades et des parkings. L’éclairage public, un des postes énergivores, se fera à base de lampes haute performance (LED). Le programme prévoit une application du principe de l’économie circulaire avec l’optimisation de gestion des ressources de la demande énergétique. De même que le plan de mobilité sera conçu de sorte à établir des connexions avec le réseau ferroviaire. Et «il en sera ainsi pour tous les autres projets de même nature», promet le directeur général de l’Aderee, Saïd Mouline. Pour cela, l’agence va s’appuyer sur son programme dit d’efficacité énergétique dans le bâtiment, en partenariat avec le Pnud et l’agence allemande GTZ, qui vise à alléger la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment (36% de la consommation totale du pays). Son déploiement devrait permettre de réaliser une économie d’énergie de 1,2 MTEP/an (millions de tonnes équivalent pétrole par an) d’ici 2020 et une réduction de gaz à effet de serre de 4,5 MTECO2 (millions de tonnes équivalent CO2). La mise en place du code d’efficacité énergétique dans le bâtiment (CEEB), axé sur deux composantes, à savoir la réglementation thermique pour l’enveloppe et la labellisation énergétique des équipements électroménagers, procède de ce challenge.
Le CEEB a élaboré des spécificités de réglementation technique et mis en place un cadre réglementaire et normatif. En plus de la stratégie de sensibilisation des administrations concernées, des professionnels et du grand public, l’Aderee a mis en place des process d’accompagnement et d’assistance technique. Un fonds de garantie de 1 milliard de dollars (environ 8 milliards de DH) a été créé pour inciter les promoteurs immobiliers à intégrer les solutions de performance thermique. Le principe du bonus-malus est adopté pour encourager ou sanctionner les uns et les autres. Dans le résidentiel, l’impact de cette réglementation sur la réduction des besoins en chauffage et en climatisation varie de 34 à 64% selon le zoning climatique. Et le retour sur investissement entre 5 et 10 ans en moyenne (voir infographie).
Les conventions signées avec les ministères de l’Habitat, du Tourisme, de l’Education nationale, de la Santé et de l’Equipement devraient participer au succès du programme de l’efficacité énergétique dans le bâtiment. Elles prévoient l’intégration de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dans les cahiers des charges de construction et de rénovation. La réglementation couvrira toutes les catégories de bâtiments: économique, standing, hôtels, hôpitaux, bâtiments administratifs et écoles. Dans la déclinaison régionale de ce programme, l’Aderee a également signé des conventions avec Rabat, Tadla-Azilal, Souss-Massa, Meknès et l’Oriental.
Un portefeuille de projets pilotes d’une consistance de 5.000 à 10.000 logements sur financement de plusieurs institutions est identifié.

10 millions d’euros de soutien

L’appel à proposition de projets répondant aux critères d’efficacité énergétique dans le bâtiment court jusqu’au 24 juin 2011. C’est une enveloppe de soutien de 10 millions d’euros débloqués par l’Union européenne. Les candidats éligibles doivent remplir trois conditions: ne pas générer profit direct promoteur; financer le surcoût lié à l’intégration des mesures d’efficacité énergétique et avoir un projet de bâtiments résidentiels ou collectifs à vocation socioéconomique. Le taux maximum de cofinancement par l’Union européenne est de 80% des surcoûts.

Bachir THIAM

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc