×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les transporteurs densifient leur offre en prévision du rush de l'Aïd

Par L'Economiste | Edition N°:1453 Le 06/02/2003 | Partager

. Au départ de Casa-Voyageurs, l'ONCF programmera un train par heure vers Marrakech et Fès. Les chemins de fer lancent deux nouveaux services: le call-center et dès lundi, la réservation sera obligatoire en première classe Les transhumances de la veille de l'Aïd-El-Kébir vont bientôt commencer. Selon des estimations officielles, au moins un million de personnes empruntent les cars de transport de voyageurs en cette période. Des grandes agglomérations aux petits centres ruraux, l'intensité des mouvements est perceptible. Au ministère du Transport et de l'Equipement, c'est la veillée d'armes: «Des consignes ont été données afin que la capacité offerte en temps normal soit doublée», confie-t-on au secrétariat général. Une dégoration exceptionnelle a été accordée aux transporteurs touristiques et aux opérateurs du Tir qui sont autorisés à affecter une partie de leur flotte au transport des voyageurs interrégional.Cette année, la pression aux guichets des compagnies sera un peu moins forte en raison de la coïncidence avec les vacances scolaires. Beaucoup de ménages ont en effet préféré anticiper le départ et cela relâche la pression sur les guichetiers.Si la demande des voyages est quasi générale vers toutes les destinations, les axes du sud du pays connaissent un pic particulier au départ de Casablanca, confie El Ghazouani Jnini, directeur général adjoint de la CTM, chargé du transport. L'intensité de la demande sur Ouarzazate, Agora, Agadir, Tiznit et Errachidia est sans commune mesure avec ce que l'on peut observer sur d'autres régions. Les ventes de l'Aïd ont été réalisées depuis près d'un mois et pour les quinze prochains jours, nos registres de réservations affichent complets, se réjouit-il. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que les trésoriers des compagnies de transport routier des voyageurs se frottent les mains, car la plupart d'entre elles réalisent d'importantes rentrées de revenus en cette période.Pour autant, ce n'est pas forcément une affaire rentable, nuance le DG adjoint de la CTM, «parce que dans la plupart des cas, les cars retournent vides, et il faut supporter les charges fixes».L'intensité du trafic sur les routes augmente bien évidemment les risques d'accident. Les autorités de tutelle vont dépêcher des agents dans les gares routières dont le rôle sera de vérifier «l'état d'exploitabilité» des cars. Cependant, il serait naïf de croire que l'étanchéité de ce dispositif est inviolable et qu'il ne peut être contourné.De son côté, le train entend préserver ses positions et sa part du gâteau. Pour cela, les chemins de fer ont musclé leur offre en misant surtout sur la multiplication des fréquences, un argument qui fait mouche auprès du public. L'ONCF met en place un «plan transport» spécial pour répondre à la traditionnelle affluence des voyageurs dans ses gares. Ce dispositif est assis sur une augmentation des fréquences sur les deux grands axes classiques générateurs de revenus, Casablanca-Marrakech, Casablanca-Fès. De «Casa-voyageurs», la principale plate-forme émettrice du trafic long-courrier vers les provinces, les cadences des trains vont passer à un départ toutes les heures, confie un responsable du pôle voyageurs de l'ONCF. Au total, l'augmentation de la capacité est estimée à 30% par rapport aux périodes «normales». Sur l'axe Casablanca-Oujda, trois trains supplémentaires renforceront la programmation habituelle. L'injection des capacités supplémentaires, c'est bien. Mais gérer le rush de la clientèle aux guichets, c'est encore mieux car tout le problème est de maîtriser les files d'attente et le mécontentement qui s'ensuit. Les bataillons du département commercial et marketing de l'ONCF ont été priés de conseiller systématiquement au public d'acheter de préférence des tickets aller-retour afin d'éviter des désagréments dus aux bousculades devant les guichets au retour. Pour maîtriser les flux, la direction des chemins de fer concède une réduction tarifaire aux clients qui opteraient de revenir le samedi. Tous ceux qui choisiront de reprendre le train le samedi (le dimanche étant un jour critique pour le trafic en période de fête) se verront accorder 10% sur le prix de leur billet.L'Office national des chemins de fer profite de la fenêtre que lui offrent les grandes affluences dans ses gares pour lancer deux nouveaux services. Le premier est un centre d'appels -un vrai, qui travaillera en continu et qui n'a rien à voir avec le précédent qui s'arrêtait en début de soirée. Ce call-center est externalisé auprès d'une multinationale étrangère dont les responsables de l'ONCF taisent le nom. La deuxième nouveauté est la réservation obligatoire en première classe à partir de lundi 10 février. Pour les navettes rapides entre Casablanca et Rabat, que beaucoup de personnes empruntent souvent sans avoir programmé le voyage, l'obligation de réserver risque de créer quelques désagréments. Mais on jugera sur le terrain.


La CTM a anticipé la réception de 15 cars

Sur les grands axes à forte densité, le transporteur a multiplié l'offre de sa capacité par trois et pour certaines dessertes, il injecte quatre fois plus de capacités que d'ordinaire. En période normale, la CTM exploite une liaison quotidienne vers ces villes. Pour faire face à ce rush, la compagnie a dû anticiper la réception d'une partie de la commande des cars prévue dans son programme de renouvellement de la flotte. La livraison était prévue en principe au deuxième semestre, mais le transporteur a obtenu de ses fournisseurs qu'une quinzaine de véhicules soit livrée avant l'Aïd. Autre fait caractéristique de cette période, la demande provenant de l'étranger, notamment dans les cinq pays européens -Italie, France, Belgique, Espagne et Allemagne- qui abritent de fortes populations de MRE. Beaucoup d'entre eux choisissent en effet de passer l'Aïd-El-Kébir en famille au pays. A.S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc