×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

Les scoops du jour

Par L'Economiste | Edition N°:1598 Le 10/09/2003 | Partager

. Citibank Maroc veut cesser ses activités de dépositaireCitigroup pourrait cesser ses activités de dépositaire au Maroc, et transférer ses clients à d'autres opérateurs. «La décision reflète directement l'intérêt de nos clients pour ces marchés, et notre besoin d'allouer prudemment les ressources à travers notre réseau», a indiqué un porte-parole de Citigroup à New York. La date butoir pour le transfert des titres, qui concernerait par la même occasion d'autres marchés où le groupe est présent (Bolivie et Jordanie notamment), est fixée pour novembre. Selon la réglementation bancaire, l'établissement devra changer impérativement ses statuts avant de cesser l'une de ses activités. Contacté à plusieurs reprises par L'Economiste pour commenter cette information, le directeur général de la filiale marocaine, Citibank Maroc, est resté injoignable. Selon la réglementation bancaire, l'établissement devra changer impérativement ses statuts avant de cesser l'une de ses activités. . Fronde au sein du parti «Insaf wa Tajdid»Un groupe de membres fondateurs du parti «Insaf wa Tajdid» se sont révoltés contre le président Chakir Achehbar. Dans un communiqué portant les signatures de plusieurs des membres du conseil administratif et du conseil national dont la vice-présidente est Latifa Maâroufi, ce groupe dénonce notamment l'autoritarisme, l'improvisation et l'absence de démocratie interne au sein du parti. Le communiqué, lancé en pleine campagne électorale, fait assumer au président la responsabilité des résultats catastrophiques du parti lors des législatives du 27 septembre 2002.. Urgences: Renforcement du parc 51 ambulances équipées de matériels de soins seront distribuées par le ministère de la Santé à partir de cette semaine aux différentes délégations. Une enveloppe de 8 millions de dirhams a été consacrée à cette opération qui vise à pallier les manques en équipement de soins et d'évacuations dont souffre actuellement le système de santé.. Hausse des recettes fiscales Les recettes fiscales ont atteint 44,1 milliards de DH au terme du 1er semestre 2003, soit en hausse de 8,1% par rapport à la même période de l'année écoulée. C'est ce qui ressort de la dernière note de conjoncture de la direction de la politique économique générale (DPEG). Cette progression a été obtenue sous l'effet du raffermissement de 13,3% de l'IS et de l'IGR, de 10,6% des recettes de la TVA, de 8,1% des recettes des TIC des produits énergétiques et de 6,5% des recettes d'enregistrement et timbre, précise la DPEG. Par contre, les recettes au titre des droits de douane ont reculé de 9,6%. . Les administrateurs en grève…L'Union des syndicats des fonctionnaires, affiliée à l'Union marocaine du travail (UMT), a appelé les administrateurs et corps assimilés à observer une grève mardi et jeudi. Dans un communiqué, l'Union exprime également son soutien à la décision d'observer jeudi un sit-in devant le siège du ministère des Finances. Cette décision a été prise “suite à l'atermoiement du gouvernement à répondre aux revendications de l'Union”. .… Et les informaticiens aussi Le Comité central des informaticiens, relevant de l'UMT, a appelé à la participation à la grève mardi et jeudi, au sit-in qui sera organisé devant le siège du ministère des Finances et à la grève nationale prévue le 15 octobre.Un communiqué du comité indique que les indemnités consacrées par le gouvernement à cette catégorie ne répondent pas au minimum de ses revendications, soulignant que “les informaticiens restent attachés à leur droit à des indemnités à l'instar de celles allouées aux ingénieurs”.--------------------------. ErratumUne erreur s'est glissée dans notre article, publié dans notre édition du lundi 8 septembre, intitulé “Enquêtes en cascade chez les magistrats”. Le nom du juge casablancais impliqué dans l'affaire de narcotrafiquants est Zehouani et non Zahran comme nous l'avons écrit. Nous nous excusons auprès du juge Zahran et de nos lecteurs.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc