×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Les actions en formation continue

    Par L'Economiste | Edition N°:20 Le 12/03/1992 | Partager

    LA plupart des économistes s'accordent à considérer que la formation est un facteur de développement économique.
    En outre, l'histoire montre que les pays, comme le Japon ou la Corée, qui ont attaché une très grande importance à l'enseignement et à la formation, ont réalisé des progrès considérables sur le plan du développement humain, qui a engendré une croissance économique.
    Ainsi, l'individu occupe de plus en plus une place essentielle dans l'entreprise en tant qu'acteur de son développement et non plus comme simple exécutant.
    L'importance qu'occupe désormais l'informatique dans l'entreprise place celle-ci parmi les disciplines où la formation permanente est quasi-obligatoire du fait de l'évolution des techniques informatiques.
    Cette formation est présente sous plusieurs angles.
    Tout d'abord, la formation des jeunes informaticiens nouvellement embauchés s'avère nécessaire, afin d'adapter leur bagage informatique à l'environnement matériel et logiciel de l'entreprise.
    Cette période de stage-formation varie de 6 à 12 mois, en fonction de la taille de l'entreprise et du poste pourvu.

    L'ONA est parmi les rares entreprises ayant développé un système de formation modèle en faveur des nouveaux recrutés de l'opération CNJA. Comme l'affirme M. Marrakchi, Directeur de l'ISAM (Institut Supérieur des Arts et Métiers), "les objectifs de la formation que nous menons actuellement avec l'ONA sont résumés dans les points suivants:
    - permettre aux lauréats recrutés d'être opérationnels à court terme,
    - contribuer à la réussite du recrutement en mettant en oeuvre un système d'évaluation.
    La durée de cette mission est de 9 mois".
    L'adéquation formation-emploi reste le problème crucial pour les chefs de l'entreprise, qui attendent souvent une rentabilité rapide du jeune recruté, et donc une durée de stage réduite qui va lui permettre d'intégrer les équipes de développement de la direction informatique.
    Ces stages permettent d'adapter les connaissances des recrutés aux matériels et logiciels en place, et surtout leur intégration à l'environnement humain de l'entreprise.
    Par ailleurs, les informaticiens sont souvent amenés à suivre des stages de formation précédant un changement d'équipement matériel ou logiciel. Cependant, ce type de formation d'adaptation reste ponctuel, limité à des outils propres à l'entreprise, et s'accompagne rarement d'une promotion pour l'informaticien. Enfin, la formation qui consiste à entretenir et améliorer les connaissances de l'informaticien, est encore considérée, pour la plupart des responsables d'entreprises marocaines comme un luxe.
    Les actions de formation doivent s'inscrire dans le cadre d'un plan de formation définissant les budgets alloués, le temps consacré, ainsi que les objectifs à atteindre.

    Objectifs imposés


    Les budgets consacrés à la formation restent faibles, et varient selon la taille de l'entreprise. Cependant les entreprises marocaines considèrent la formation comme un coût et non un investissement.
    Il est malheureux de noter que les objectifs de la formation sont rarement discutés avec l'intéressé. Le choix du sujet de la formation par ce dernier, n'est pas pris en compte, et dans la majorité des cas, la décision finale revient à la direction informatique. Néanmoins, on constate, comme le souligne M. Marrakchi de l'ISAM, que "les objectifs de la formation, proposée par l'ISAM, sont définis en concertation avec les entreprises".
    L'enquête que nous avons menée au sein de la promotion de CNJA formé à l'ISAM pour le compte de l'ONA nous permet de conclure que le choix de la formation s'est fait selon deux critères: le premier est basé sur les résultats obtenus après 3 mois de tronc commun, le second s'est fait en concertation avec le formé selon les besoins futurs de l'ONA. Le contrôle des résultats de la formation, aussi bien au niveau de l'efficacité des formateurs, qu'à celui de l'acquis des participants, doit permettre de mesurer l'impact de celle-ci. Ce contrôle doit s'afficher par plusieurs méthodes d'évaluation de stage: un compte rendu du stage, et surtout par l'intermédiaire d'applications concrètes.

    Comme l'affirme M. Marrakchi, la Direction Générale de l'ONA suit de très près les résultats de la formation et tient à ce que les objectifs définis au préalable soient atteints. En outre, cette formation sera suivie par un stage de 3 mois au sein d'une filiale de l'ONA.
    Il est enfin judicieux que cette formation s'insère dans un système d'appréciation, qui s'accompagne par une évolution de carrière et une révision de salaire. Toute formation qui n'implique pas l'individu, et qui ne le motive pas par un plan de carrière est vouée sans aucun doute à l'échec.
    Cependant, les organismes de formation ont un grand rôle à jouer pour atteindre de meilleurs résultats. La réussite d'un stage de formation nécessite -en plus de ce qui précède- un intervenant spécialisé, dans la plupart des cas, c'est un organisme externe à l'entreprise.
    Il en existe une dizaine au Maroc. On distingue trois types d'organismes. En premier lieu, les écoles privées d'informatique qui proposent des formations du soir destinées aux cadres de l'entreprise.
    Ensuite, les SSII offrent une formation plus professionnelle sur les outils logiciels et les techniques matériels.
    Enfin, des organismes spécialisés dans la formation animent des séminaires sur les méthodes et outils informatiques, et proposent des formations continues plus solides.

    Une importante étude a été réalisée par la Direction de la Formation des Cadres (DFC) et publiée en Septembre 1991.
    Cette étude qui a porté sur l'offre du secteur public, semi-public et privé a été effectuée auprès de 190 institutions et organismes dont 59 ont répondu. Il en ressort que 860 actions de formation ont été réalisées, dont 48% en gestion, 29% en sciences et techniques, et 23% en informatique.
    Le coût par personne et par journée de formation (restauration comprise) est de 250 à 1.000DH pour les organismes du secteur semi-public, et de 950 à 2.000DH pour ceux du secteur privé. Les sujets de formation poursuivis en informatique portent sur les systèmes, méthodes informatiques et sur les nouvelles techniques. Les responsables d'entreprises marocaines font souvent appel aux prestations des organismes de formation étrangers, malgré leurs coûts très élevés.

    Crédibilité des organismes


    L'offre ne convient-elle pas à la demande? Comme le souligne M. Marrakchi: "Au Maroc, il n'existe pas des métiers de formation, et les organismes de formation nationaux manquent de crédibilité".
    Y-a-t-il un manque de compétence marocaine dans le domaine? ou faut-il des organismes plus spécialisés?
    En parallèle à ces organismes de formation, une nouvelle technologie informatique se développe et risque de devenir dans les années qui viennent un concurrent sérieux pour ceux-ci: c'est l'Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO).
    L'Enseignement Assisté par Ordinateur (EAO) offre la possibilité de s'auto-former devant un micro-ordinateur, en suivant les leçons et directives d'un logiciel appelé Didacticiel. Ce marché n'est pas encore développé à l'étranger, et encore moins au Maroc. Néanmoins, l'apparition de nouvelles technologies de formation intégrant la voix et l'image (le multimédia), donne un second souffle à l'EAO, et relance le débat sur l'intérêt de ce type de formation. Les partisans de l'EAO lui attribuent de nombreux avantages: souplesse, autonomie, moindre coût.
    En effet, le même produit d'EAO peut être exploité par plusieurs ingénieurs ou techniciens, et leur permet d'apprendre tout en restant disponibles sur leur lieu de travail.
    En outre, un logiciel d'EAO nécessite généralement un seul micro-ordinateur, et offre le moyen de former les informaticiens par simulation, évitant de paralyser un matériel coûteux. Au Maroc, il faut attendre une maturité du système de formation dans l'entreprise, avant de procéder à l'introduction de produits tels que l'EAO. Il est souhaitable que les entreprises distinguent désormais dans leurs fonctions de production, à côté des facteurs traditionnels qui sont le capital (matériel), et le travail (non formé), un troisième participant à l'activité économique de l'entreprise et de la Nation: le travail formé ou "Capital humain".


    ABSTRACT


    La loi de la concurrence qu'impose l'économie du marché suppose qualité, rendement et profit. Quelle formation pourrait répondre à ces contraintes?
    L'information et son traitement par l'informatique est actuellement l'un des piliers du développement de l'entreprise. La formation informatique favorisera-t-elle l'émergence d'une culture informatique dans l'entreprise? Quel est le rôle de l'Etat, et des organismes de formation pour encourager une informatisation globale, face à des solutions ponctuelles?.


    Aide financière fournie par l'OFPPT


    La principale aide financière accordée aux entreprises pour la réalisation de leurs programmes de formation émane de l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail. Elle est régie par le décret n°2-7-633 du 29 Rabia II 1394 (22 Mai 1974) instituant la taxe de la formation professionnelle; une note circulaire récemment diffusée par l'OFPPT(*) en précise de nouvelles dispositions pratiques d'application.
    ·En voici quelques extraits:
    Participation financière de l'OFPPT aux frais engagés par les entreprises pour la réalisation de leurs programmes spéciaux de formation.
    - Sont éligibles à cette formule d'assistance financière de l'Office, les personnes physiques et morales assujetties à la taxe de la formation professionnelle.
    - La participation de l'Office au financement des actions de formation retenues est déterminée sur la base de 50% des dépenses de fonctionnement engagées par les entreprises pour leur réalisation.

    -Elle ne peut cependant dépasser 50% du montant de la taxe versée par l'entreprise concernée durant l'année précédant la demande de conclusion du contrat. Dans le cas des petites et moyennes entreprises, la participation de l'Office peut dépasser les taux précités.
    - Le principe d'une participation de l'Office aux dépenses d'investissement relatives à la création des structures de formation au sein des entreprises est retenu.
    - Les pièces justificatives nécessaires au remboursement sont limitées à un état établi et signé par l'entreprise précisant les frais, par nature engendrés par chaque action, accompagné d'une note sur la réalisation des actions retenues. A noter que ces dispositions s'appliquent, entre autres, aux actions de perfectionnement des cadres ainsi qu'aux formations en cours du soir portant sur des disciplines se rapportant à la fonction des bénéficiaires.
    ·Avantages fiscaux
    Les frais de formation engagés par l'entreprise sont déductibles pour le calcul de l'impôt sur les sociétés, et constituent, pour ses salariés, un avantage non imposable.o
    (*) Note circulaire Réf. OFP/DF/DPP/681/88 en date du 17 Novembre 1988

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc