×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Le mariage inespéré du CIH

Par L'Economiste | Edition N°:2313 Le 06/07/2006 | Partager

. Le partenariat CNCE/CDG scellé aujourd’hui. 20% des MRE de France clients des Caisses d’épargneLE processus de recomposition du tour de table du CIH est officiellement bouclé aujourd’hui. La présence du président du directoire du groupe français des Caisses d’épargne, Charles Milhaud, annoncée en grande pompe, permettra de sceller le partenariat tissé depuis quelques mois avec la CDG. Pour rappel, les deux poids lourds ont décidé de loger des participations communes dans le CIH (70% du capital) dans une seule et même filiale, Massira Capital Management.D’ailleurs, l’entrée du Conseil national des Caisses d’épargne (CNCE) dans le capital du CIH constitue la première opération de croissance externe du groupe français à l’étranger dans la banque de détail.Ainsi, le CIH, que l’on donnait pour mort il y a quelques années, ne pouvait rêver d’une meilleure issue. Le projet industriel concocté par ses deux actionnaires de référence est axé, bien entendu, sur le crédit habitat dédié notamment au logement social, sur lequel viendra se greffer une gamme de produits et services dédiés à la famille (bancassurance, crédit à la consommation... )Le CIH devrait également s’armer pour contribuer à la bancarisation de la population ayant un faible revenu. C’est d’ailleurs le leitmotiv du président des Caisses d’épargne françaises. Grâce à une organisation décentralisée basée sur 29 banques régionales coopératives, le groupe français est très impliqué dans le développement économique régional via une politique de proximité. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si le groupe compte parmi ses clients 25% de la population des MRE de France, en particulier dans les régions les plus reculées. Grâce à l’ancrage régional, les Caisses d’épargne ont innové en finançant des projets d’économie locale et sociale (PELS). La cible est constituée des personnes fragilisées confrontées à l’exclusion. En 5 ans, les engagements au titre des PELS ont atteint 180 millions d’euros (plus de 1,8 milliard de DH).En définitive, le challenge du CIH colle parfaitement au positionnement du CNCE, à savoir, le logement social, la bancarisation des zones rurales, les prestations dédiées à la famille et aux ménages à faible revenu. Il faut donc s’attendre à un transfert de savoir-faire sur ces métiers.A noter qu’en France, 26 millions de personnes détiennent un livret A pour un encours d’épargne de 309 milliards d’euros. Le réseau compte 4.700 agences et 55.000 collaborateurs. En outre, le groupe Caisses d’épargne et le groupe Banque Populaire viennent de décider de créer une entité commune, Natixis qui regroupera les principales filiales de banque d’investissement, de financement et de services. L’objectif de ce rapprochement est de donner naissance à une banque à vocation européenne. Là aussi, d’autres sources de synergies auraient pu profiter rapidement au CIH, si la Banque centrale populaire était restée dans le tour de table.Mouna KABLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc