×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprise Internationale

Le Crédit Suisse acquiert la Banque Populaire Suisse

Par L'Economiste | Edition N°:62 Le 14/01/1993 | Partager

La Banque Populaire Suisse (BPS), cinquième groupe bancaire du pays, va être reprise par le Crédit Suisse (CHS), selon un communiqué commun.
L'opération, qui devra donner naissance au deuxième établissement bancaire helvétique, s'effectuera via une offre publique d'échange (OPE) du Crédit Suisse sur les parts sociales de la BPS. Elle aura lieu au début du mois prochain et se fera sur la base de trois actions nominatives CHS d'une valeur nominale de 100 Francs échangées contre une part sociale BPS d'une valeur de 500 Francs ou de dix bons de participation.

Pour financer le rachat de la BPS, le Crédit Suisse a déclaré qu'il devrait procéder à une augmentation de capital réservée conduisant à l'émission de 4,5 millions d'actions nominatives nouvelles.
En attendant les résultats de la Commission fédérale des Cartels, qui va passer à la loupe ce rapprochement afin d'en étudier les effets sur la concurrence, les deux partenaires ont déjà mis au point les grandes lignes de leur alliance. Laquelle alliance est considérée par M. Markus Lusser, le président de la Banque Nationale Suisse, comme "le signe de la rigueur de la place financière suisse et un pas important vers un allègement des structures bancaires"

La BPS, qui conservera "son identité et sa raison sociale actuelle", précise le communiqué, se consacrera aux affaires concernant les petites et moyennes entreprises et les clients privés en Suisse. Le Crédit Suisse, lui, restera plus axé sur "les affaires étrangères et les affaires d'émissions ainsi que sur les opérations avec les gros clients".
Salué par M. Lusser, le rapprochement entre les deux banques inquiète particulièrement les salariés, notamment ceux de la Banque Populaire qui vit d'importants problèmes de rentabilité.

Les réseaux d'agences des deux établissements faisant double emploi selon les analystes, des coupes dans les effectifs sont en effet inévitables. D'après les estimations des syndicats, 10 à 20% des 6.600 emplois que compte la BPS devraient être supprimés.

Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc