×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Kofi Annan en tournée au Proche-Orient

Par L'Economiste | Edition N°:2349 Le 29/08/2006 | Partager

. Objectif, préparer le terrain pour la Finul . Le SG de l’Onu sera demain à Aman LE secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, est attendu mercredi 30 août en Jordanie pour des entretiens avec le roi Abdallah II. Les entretiens entre Annan et le souverain jordanien porteront sur le déploiement d’une force internationale au Liban sud, conformément à la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’Onu. Annan est actuellement en tournée régionale. Cette tournée doit le conduire en Egypte mardi 29 août, en Israël le 30 août et en Syrie le 31 août. Il ira également au Qatar, en Turquie, en Arabie saoudite, ainsi qu’en Iran où il arrivera le 2 septembre. Le SG de l’Onu a commencé par Beyrouth le 28 août où il a examiné avec les responsables libanais le déploiement de la force internationale et la sécurisation de la frontière avec la Syrie. Les Européens se sont engagés à fournir plus de 7.000 hommes pour la force internationale de l’Onu au Liban. Kofi Annan prépare le terrain à l’arrivée, d’ici une semaine, des premiers renforts de la Finul. Son action est confortée par les assurances du Hezbollah qu’il se gardera de toute provocation. Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a assuré que sa formation serait un soutien pour l’armée libanaise et qu’il n’y aura pas de problème avec la Finul tant que sa mission n’est pas de «désarmer» le Hezbollah. Autre signal positif, les combattants du Hezbollah ont évacué ces dix derniers jours quatorze positions armées dans le secteur frontalier des fermes de Chebaa, dans le sud du LibanOr Israël a exigé que ce soit la Finul qui vérifie l’arrêt de la contrebande d’armes, en en faisant la condition de la levée du blocus aérien et maritime qui étrangle le Liban depuis le 12 juillet. Le profil de cette nouvelle Finul, qui comptera à terme jusqu’à 15.000 hommes contre environ 2.000 aujourd’hui, sera affiné lors d’une réunion des pays contributeurs lundi à New York. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc