×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Kadhafi s’en prend violemment à l’UPM

    Par L'Economiste | Edition N°:2835 Le 06/08/2008 | Partager

    . Il l’a comparée à une forme de colonialisme. C’est une violation des résolutions de l’UA, selon lui Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a exprimé de nouveau lundi dernier à Tunis son rejet de l’UPM, affirmant que celle-ci divisait l’Union africaine (UA) en amputant le continent de ses membres méditerranéens au nord du Sahara.«Nous avons de bonnes relations avec les pays européens, avec l’UE, mais je n’accepte pas d’intégrer l’Union pour la Méditerranée», a-t-il déclaré.«Je n’accepte pas qu’on soit coupé de l’Afrique pour des espoirs hypothétiques avec l’Europe», a-t-il insisté, estimant que la participation de pays africains à l’UPM était une «violation des résolutions» de l’UA.Le dirigeant libyen avait déjà exprimé son refus de l’UPM lors d’un mini sommet arabe précédant le lancement de l’UPM le 13 juillet à Paris, à l’initiative du président français Nicolas Sarkozy.Ce mini sommet avait réuni en juin les présidents syrien Bachar al-Assad, tunisien Zine El Abidine Ben Ali, algérien Abdelaziz Bouteflika, mauritanien Sidi Ould Cheikh Abdallah, et le Premier ministre marocain Abbas El Fassi.Seul le colonel Kadhafi a boycotté le sommet de Paris qui avait réuni quelque 40 dirigeants d’Europe et de pays de la rive sud de la Méditerranée, dont les Etats maghrébins d’Afrique du Nord.Kadhafi a comparé l’UPM à une forme de colonialisme qui permettrait, selon lui, aux puissances européennes de reprendre pied dans leurs anciennes colonies.A ses yeux, l’entrée des Etats arabes dans cette union a été dictée par leur «faiblesse». «Ils y sont allés contraints», a-t-il estimé mentionnant la Syrie, un pays «isolé qui a besoin d’assurer ses arrières».Marquant son désintérêt vis-à-vis du monde arabe, y compris ses partenaires dans l’Union du Maghreb arabe (Algérie, Maroc, Mauritanie et Tunisie), il leur a reproché leur prompte application de l’embargo aérien décrété à la fin des années 1980 contre son pays, soupçonné de terrorisme.En revanche, il a longuement salué le soutien montré alors par des pays d’Afrique au sud du Sahara, qui n’avaient pas hésité à briser l’étau contre Tripoli, en ouvrant leur espace aérien à l’avion du dirigeant libyen.Les Maghrébins «auraient pu défendre le fait d’appartenir à une même entité pour rejeter l’embargo, a-t-il estimé, affirmant que l’UMA était minée par des dissensions de tout ordre et le concept dépassé de «l’Etat nation».Kadhafi a entamé dimanche dernier une visite de travail en Tunisie consacrée à l’examen des relations bilatérales «exemplaires» et qui s’achève aujourd’hui.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc