×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Jean-Jacques Goldman en tournée

Par L'Economiste | Edition N°:33 Le 11/06/1992 | Partager

LA tournée de Jean-Jacques Goldman est un événement . Plusieurs milliers de jeunes, en "communion" avec celui que l'on surnomme "l'enfant sage du Rock", n'ont pas manqué le rendez-vous.Il a accordé un entretient exclusive à l'Economiste.
L'économiste: Pourquoi cette tournée? Allez-vous donner d'autres concerts dans d'autres pays arabes?
Jean-Jacques Goldman: Notre tournée a commencé en France, puis à l'île de la Réunion, pour finir par le Maroc. La prochaine étape, quant à elle, sera au Vietnam, au Cambodge et en Corée. Concernant d'autres pays arabes, non, je ne donnerai pas de concerts.
Le choix de donner des concerts au Maroc m'a semblé intéressant car le Maroc est un pays francophone, ouvert à l'Europe. C'est une expérience nouvelle. J'ai été très agréablement surpris de l'accueil chaleureux et émouvant du public marocain.
Il s'est passé quelque chose de très fort Vendredi soir à Casablanca.

- Chaque décennie apporte son message et son messie. Quel est ou quels sont vos messages à travers vos chansons?
- Tout d'abord, je ne me considère pas comme un "messie". Un messager, peut-être à la rigueur. Mes messages sont adressés à tous les publics, à tous les êtres humains en général.
C'est dur aujourd'hui de vivre, pour tout le monde, à la différence que nous chanteurs nous avons l'occasion de le dire. Mon message principal serait la tolérance vis-à-vis des autres aussi envers soi-même.Il faut essayer de prendre en main sa propre existence et d'aller jusqu'au bout de ses passions.
Mais vous savez dans mes chansons, j'ai plus de questions que de solutions à proposer.

- Quel message aimeriez-vous faire passer aux jeunes et aux jeunes marocains éventuellement?
- Il faut vivre sa jeunesse en s'imposant les limites nécessaires. Il faut éviter la drogue, tous les abus, excès qui sont nocifs à la santé. Il faut vivre sa propre vie et non pas celle que l'on nous impose et essayer de s'épanouir, malgré le monde difficile dans lequel nous vivons, nous évoluons.

- Depuis le début de votre carrière, qu'est-ce qui vous a fait le plus plaisir?
- Le concert à Casablanca, le 5 Juin. C'était quelque chose de fabuleux, de fort. Il y a eu aussi le concert que j'ai donné à Madagascar qui a eu un énorme succès. Je crois que ce sont mes meilleurs moments.

- Juste avant d'entrer en scène, à quoi pensez-vous? Vous avez le trac? Il se caractérise comment?
- Effectivement, j'ai et j'aurai toujours le trac. Avant d'entrer en scène, je récite les textes de mes chansons pour éviter les trous de mémoire dûs à l'émotion.
- Si on vous donnait une minute pour vous définir, que diriez-vous de vous?
- Je suis décontenancé. Je ne sais pas. C'est assez difficile de répondre à une question pareille. Je suis quelqu'un de simple, de sensible, d'attentif.
Je suis toujours à l'écoute des autres. Je continue d'évoluer, j'essaie de m'améliorer, d'apprendre chaque jour des choses nouvelles. D'aller de l'avant. C'est très important.

- Aux jeunes qui ne se rendent pas encore compte des dégâts (drogue-sida), qu'avez-vous envie de leur dire pour qu'ils réagissent?
- De faire très attention, de ne pas dépasser les limites. D'essayer de résister aux obstacles et de tenir bon.

- "Il existe une responsabilité à partir du moment où on a la parole. Les hommes ont le devoir de s'en servir. Un homme public plus. Il doit en user, pas en abuser". Qu'en pensez-vous?
- Je crois qu'il faut bien différencier, dès le départ, la chanson de la politique. La musique est un divertissement, un moyen d'expression. Les paroles servent en général à transmettre des messages. Il faut éviter de confondre, la musique à la politique.

- Vos impressions après votre première représentation au Maroc.
- Je suis très content et très étonné aussi.
Je suis agréablement surpris de l'accueil des jeunes marocains et de leur sensibilité à ma musique. N'ayant pas les moyens certainement, pour la plupart, d'importer des disques lazer ou des cassettes, ils ont néanmoins chanté avec moi, avec mes musiciens jusqu'à la fin. Après le concert, nous étions "emballés" et surpris. C'est une expérience inoubliable dont je conserverai le souvenir.

Propos recueillis par Nadia EL BAZ

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc