×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Javier Solana pour un nouveau poste dans la diplomatie européenne

Par L'Economiste | Edition N°:612 Le 08/10/1999 | Partager

· Cette nouvelle fonction pose un problème de positionnement par rapport aux autres institutions de l'UE

Le secrétaire général sortant de l'OTAN, Javier Solana, qui a quitté son poste hier mercredi, va devenir à la mi-octobre le «visage» de la diplomatie européenne, une fonction nouvelle où tout est à faire. Il est difficile de prévoir comment l'ancien ministre espagnol des Affaires Etrangères tirera son épingle du jeu en tant que haut représentant des Quinze pour la Politique Etrangère et de Sécurité Commune (PESC), son titre officiel.
La nomination d'un "Monsieur PESC", (pour un mandat prévu de 5 ans) intervenue lors du sommet de Cologne en juin dernier, est prévue par le traité d'Amsterdam et a pour objectif de donner une meilleure visibilité à la politique étrangère et de défense de l'Union Européenne et à mieux coordonner les actions des Quinze.
Mais au-delà de ce rôle de «permanencier» de la diplomatie de l'UE, ce poste soulève de nombreuses questions, notamment en ce qui concerne ses prérogatives et ses relations avec le Conseil des ministres des Affaires Etrangères, la présidence de l'UE et la Commission européenne.
Ce sont ces trois pôles qui dirigent actuellement la politique étrangère de l'Union. Comment Javier Solana se positionnera-t-il par rapport à eux et quelles seront ses compétences?
Autre dossier épineux, celui de la défense. La guerre au Kosovo a mis en exergue la nécessité de travailler à la mise en place d'une identité de défense européenne. Cependant, en juin dernier, le sommet de Cologne a approuvé une déclaration pour jeter les bases d'une Europe de la défense, présentée comme le nouveau grand chantier européen pour la prochaine décennie.
D'ici la fin de l'an 2000, les pays européens veulent surmonter leurs divergences pour franchir une étape déterminante: l'intégration de l'Union de l'Europe Occidentale (UEO) au sein de l'UE. Actuellement, l'UEO est la seule organisation de défense exclusivement européenne, mais sans réel pouvoir.

H. R. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc