×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Japon: Plus de 1.000 faillites en novembre

    Par L'Economiste | Edition N°:2918 Le 11/12/2008 | Partager

    . Les dépôts de bilan sur 11 mois dépassent ceux de 2007. En cause, la conjoncture économique et coût des matières premières ENVIRON 1.010 entreprises japonaises ont mis la clef sous la porte au mois de novembre. Ce qui marque le 6e mois de suite au cours duquel plus de 1.000 sociétés nippones ont été poussées à la faillite pour diverses raisons à commencer par la propagation de la crise économique. Selon les statistiques publiées lundi dernier par l’institut spécialisé Teikoku Databank, les dépôts de bilan de firmes au Japon ont augmenté de 11,5% en novembre en glissement annuel, pour s’établir à 1.010 cas. Les dettes laissées par ces sociétés ont bondi de 18,3% en novembre sur un an pour s’élever à 541,17 milliards de yens (4,5 milliards d’euros). Le nombre de faillites recensées en novembre est toutefois inférieur à celui enregistré un mois plus tôt, puisqu’il avait alors atteint 1.231 cas pour un montant d’impayés de 979 milliards de yens (8,2 milliards d’euros). «Le total des entreprises en dépôt de bilan sur onze mois, de janvier à novembre (11.534 cas), a déjà dépassé celui enregistré sur l’ensemble de l’année 2007 (10.959 cas)», a noté Teikoku Databank. Selon les déclarations des entrepreneurs concernés, quatre faillites sur cinq étaient dues à une conjoncture économique fortement dégradée, phénomène mondial qui a entraîné le Japon dans la récession (deux trimestres consécutifs de baisse du PIB). Le coût élevé des matières premières est aussi une cause de cessation d’activité de firmes, la forte baisse récente des cours (celui du pétrole particulièrement) n’étant pas homogène. Certaines matières essentielles sont restées chères et beaucoup de sociétés fragilisées, dont les carnets de commandes se sont moins remplis, ont été incapables d’y faire face. «Les grosses faillites d’entreprises du domaine de l’immobilier se sont poursuivies», a aussi souligné l’institut. Autres secteurs touchés: le transport de marchandises, certaines firmes de matériaux de construction et des fabricants de produits ou matières alimentaires ou vestimentaires. L’institut prédit encore près de 1.000 faillites en décembre.J. K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc