×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Israël instaure une zone de sécurité à Gaza

Par L'Economiste | Edition N°:2313 Le 06/07/2006 | Partager

. Le Tsahal se prépare à une action prolongée. La spirale de la violence se poursuitLE cabinet de sécurité a autorisé, le 5 juillet, l’établissement d’une zone de sécurité élargie dans le nord de la bande de Gaza pour empêcher les tirs de roquettes sur le sud d’Israël. Cette zone sera contrôlée notamment par l’aviation et l’artillerie. L’armée a reçu pour consigne de se préparer à une «action prolongée et graduelle» pour aboutir à ses objectifs, selon la présidence du Conseil. Elle devra «limiter la liberté de mouvement» des groupes armés en «continuant à tronçonner la bande de Gaza et en frappant les infrastructures terroristes». Le cabinet a autorisé en outre la poursuite des «opérations ciblées» contre les tireurs de roquettes et l’intensification de la campagne contre le mouvement islamiste Hamas, à la tête du gouvernement palestinien, aussi bien en Cisjordanie que dans la bande de Gaza. L’armée a reçu l’autorisation d’encercler Beit Hanoun et Beit Lahiya afin de créer un couloir coupant ces localités de la ville de Gaza en cas de nécessité. Le négociateur palestinien en chef, Saëb Erakat, a dénoncé ces décisions estimant qu’elles ne «feront que contribuer à l’escalade». Le Premier ministre, Ehud Olmert, avait qualifié de «très grave» le tir sur Ashkelon. «C’est un crime que de porter atteinte à des civils israéliens vivant à l’intérieur des frontières d’Israël. Cet acte aura d’exceptionnelles conséquences», poursuit-il. Jusqu’à présent, ces engins parvenaient à atteindre uniquement la zone industrielle de cette ville de 120.000 habitants, au sud de Tel-Aviv, où se trouve une centrale électrique considérée comme «stratégique». Les brigades Ezzedine al-Qassam, branche armée du Hamas, ont revendiqué le tir.    Quelques heures après la chute de la roquette à Ashkelon, l’armée israélienne a mené dans la nuit une série de raids dans la bande de Gaza, détruisant notamment les locaux du ministère de l’Intérieur contrôlé par le Hamas qui avait été déjà endommagé dans un premier raid la semaine dernière. Cinq Palestiniens ont été blessés dans le raid. Un responsable au ministère a affirmé qu’une imprimerie de passeports au ministère a été aussi détruite. L’aviation israélienne a également bombardé un camp d’entraînement du Hamas à Rafah, dans le sud de la région, sans faire de blessés. Des appareils israéliens ont aussi attaqué et causé des dommages à une école privée du Hamas située dans le nord de la ville de Gaza. La branche armée du mouvement a menacé, le 5 juillet, d’infliger des «malheurs» à Israël si celui-ci mène de nouvelles attaques après la chute de la roquette sur Ashkelon.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc