×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

IMME: Bonne croissance… à quelques nuances près

Par L'Economiste | Edition N°:1566 Le 22/07/2003 | Partager

. La récente AG de la FIMMEE a permis de faire le point sur les différents secteurs«Heureusement que le nouveau code du travail a été voté, les choses vont pouvoir changer». C'est ce qu'a déclaré Abdelhak Mounir, président réélu de la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques (FIMMEE) lors de l'assemblée générale de son association le 10 juillet. Il a ainsi tenu à compléter la liste des entraves au développement de l'industrie nationale établie par l'Observatoire de la compétitivité de l'industrie et des entreprises marocaines (OCIEM). Ainsi, selon lui, le prix trop élevé du crédit et des terrains industriels, les retards de paiement et surtout les relations conflictuelles entre syndicats et patronat sont autant d'obstacles supplémentaires au décollage des PME marocaines. Cela n'empêche toutefois pas les IMME d'être dynamiques. Même en l'absence de données précises, les responsables de la Fédération n'hésitent pas en effet à parler de «bonne croissance« pour 2002. Cependant, les situations sont contrastées. La construction métallique, par exemple, est en plein essor. En 2002, les entreprises de la branche ont ainsi pu effectuer d'importants investissements et partir à la recherche de partenaires étrangers. Et ce, alors même que le marché intérieur offre des perspectives très intéressantes avec le lancement de nombreux grands chantiers. Une bonne santé que partagent les secteurs électrique et électronique, et qui, selon les responsables de la Fédération, est essentiellement due à la quasi-absence de concurrence déloyale, locale ou asiatique. Cela n'est pas le cas des fabricants d'articles ménagers qui traversent donc une mauvaise passe. Pour leur part, les fonderies continuent un redressement entrepris en 1999, mais leurs perspectives sont assombries par un déficit en matière de formation, d'innovation et surtout de débouchés. Au vu de ces situations diverses, la FIMMEE a décidé de concentrer son action sur deux axes principaux: la mise à niveau et l'internationalisation. La première concerne aussi bien l'appareil productif que les ressources humaines, ce qui implique la poursuite des efforts entrepris en matière d'investissement, de formation professionnelle (avec en particulier l'accord conclu avec l'OFPPT), de recherche, de normalisation et de certification. Quant à la promotion des exportations, elle se traduit par la mise en relation des membres de la FIMMEE avec les sociétés et délégations étrangères, ainsi que par une information complète sur les salons, missions commerciales et conférences internationales. Plus qu'une menace, l'ouverture croissante du marché national présente pour le président de la Fédération un double avantage: en plus d'une augmentation considérable des investissements étrangers, il devrait générer une saine concurrence, à même d'accélérer la modernisation des entreprises marocaines.


Communication

Lors de l'AG de la Fédération, son président a par ailleurs annoncé la mise en place d'un programme de 1,25 million de DH pour moderniser la communication de la FIMMEE. Financé à 80% par le programme d'appui aux associations professionnelles (PAAP), celui-ci prévoit notamment la réalisation d'un site Internet, d'un bulletin d'information, un annuaire, 8 plaquettes et un salon professionnel: le Salimme.Igor Martinache

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc