×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

France: Une nouvelle génération de dirigeants

Par L'Economiste | Edition N°:2267 Le 03/05/2006 | Partager

. Vent de changement à la tête de L’Oréal, Schneider Electric, Auchan …Une vague de nouveaux dirigeants prend actuellement la relève à la tête des grandes entreprises françaises, comme L’Oréal, Schneider Electric ou Auchan, mettant fin au règne d’une ancienne génération de patrons qui ont marqué l’histoire économique française. Après Louis Schweitzer chez Renault et Pierre Bellon, président-fondateur de Sodexho, l’an passé, une flopée de PDG ont ou vont passer la main cette année: Lindsay Owen-Jones (L’Oréal), Henri Lachmann (Schneider Electric), Antoine Zacharias (Vinci). A 75 ans, le 13 mai, Gérard Mulliez va passer la main comme président du groupe Auchan qu’il a fondé en 1961. Des noms circulent depuis quelques semaines sur son éventuel successeur qui serait, selon toute vraisemblance, Vianney Mulliez, président d’Immo-chan, la branche immobilière du distributeur. Dans tous les cas, ce n’est pas une surprise, leur départ ayant été annoncé au moins un an à l’avance pour ne pas déstabiliser le marché. Si certaines successions sont chaotiques (Accor, Saint-Gobain ou Alcatel), la plupart des grands patrons ont choisi de partir en douceur: ils abandonnent certes leurs fonctions exécutives mais restent présidents du conseil d’administration ou de surveillance de leur entreprise. Par leur seule présence, ils sont garants de la continuité de la stratégie du groupe. Les successeurs, plus jeunes, de plus en plus souvent des quadras, et moins connus peuvent ainsi s’affirmer progressivement et gagner le respect de la communauté financière.Pendant la période de transition, les tandems affichent une parfaite entente même si le dauphin est bien souvent prié de ne pas faire de l’ombre au PDG, condamné à un quasi silence avant la passation de pouvoir officielle. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc